/news/world

Aucune pression pour cacher des emails d'Hillary Clinton

Secrétaire d'État

TVA Nouvelles

Le département d'État américain a indiqué vendredi qu'il allait examiner les emails écrits par Hillary Clinton sur un compte privé du temps où elle occupait le poste de secrétaire d'État, mais a nié avoir reçu toute pression pour cacher quoi que ce soit.

Hillary Clinton, probable candidate démocrate à la présidentielle de 2016, s'est retrouvée cette semaine au milieu d'une tempête médiatique quand il a été révélé qu'elle n'envoyait ses emails officiels qu'à partir d'un compte privé relié à un serveur situé dans sa maison, dans l'État de New York.

Des journalistes ont demandé à la porte-parole adjointe du département d'État, Marie Harf, si la Maison-Blanche ou les proches de Mme Clinton exerçaient une quelconque pression pour faire disparaître certaines informations contenues dans les emails examinés, qui pourraient compromettre une éventuelle course pour 2016, mais elle a fermement nié: «Non, non».

Cible des républicains qui lui reprochent de n'avoir utilisé que cette messagerie personnelle quand elle était chef de la diplomatie américaine, Mme Clinton a demandé mercredi que ses courriels soient rendus publics pour tenter de couper court à la polémique.

«Nous examinons ces emails pour qu'il puissent être rendus publics», a convenu Mme Harf.

Cette procédure est effectuée en suivant les recommandations de la loi Freedom of Information Act.

Interrogée pour savoir ce que les personnes chargées d'examiner ces courriels comptaient faire s'ils découvrent des informations sensibles ou classifiées, Mme Harf s'est montrée assez vague:

«Je ne vais pas spéculer sur ce qui pourrait se produire dans cette situation. Je ne veux pas m'avancer sur le résultat de cet examen avant diffusion de ces 55 000 pages», a-t-elle ajouté.

Durant ses quatre années au département d'État, de 2009 à 2013, Mme Clinton n'a jamais utilisé d'adresse email gouvernementale (qui se termine par state.gov), ce qui pourrait constituer une violation des règles en vigueur et pose la question de la sécurisation des communications sensibles.

Selon le New York Times, 50 000 emails d'Hillary Clinton ont été livrés récemment au département d'État dans un but d'archivage, mais les républicains soulignent qu'il n'existe aucune garantie que tous les messages importants aient été transmis pour archivage.

La loi américaine rend obligatoire l'archivage par les Archives nationales de toute correspondance professionnelle des responsables de l'administration. Depuis 2014, toute communication échangée depuis une adresse privée doit aussi être transmise vers l'adresse gouvernementale afin d'être conservée.