/news/law

Une neuvième présumée victime de Bertrand Charest se manifeste

TVA Nouvelles

Une neuvième présumée victime s'est manifestée à la police de Mont-Tremblant jeudi dans le dossier de Bertrand Charest, cet ancien entraîneur de l'équipe canadienne junior féminine de ski alpin arrêté vendredi dernier pour des accusations d'agressions sexuelles sur des mineures.

Les actes que cette nouvelle victime reproche à l'ex-entraîneur seraient de même nature et survenus dans la même période que ceux déjà présentés devant la cour. Le procureur pourrait décider de porter plus de chefs d'accusation à l'encontre de l'homme de 50 ans à la lumière de ces informations.

La police de Mont-Tremblant dit d'ailleurs avoir «des raisons de croire qu'il y a d'autres victimes potentielles», a affirmé le porte-parole Éric Cadotte.

Bertrand Charest fait actuellement face à 47 chefs d'agression sexuelle, contacts et incitation à des contacts sexuels sur des adolescentes de 12 à 18 ans.

Les faits seraient survenus entre 1990 et 1998 au Québec, en Ontario, en Alberta, en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Zélande, selon le mandat d'arrestation.

La Couronne s'était opposée mercredi à la remise en liberté de Bertrand Charest, qui n'a aucun antécédent criminel.

L'accusé avait été arrêté puis relâché à Mont-Tremblant, dans les Laurentides, vendredi. Les policiers l'ont toutefois arrêté à nouveau mercredi à son arrivée au palais de justice pour une comparution après que de nouvelles victimes se soient manifestées durant la fin de semaine.

Charest était entraîneur pour des équipes provinciales de ski alpin au début des années 1990, avant d'être nommé pour mener l'équipe junior féminine canadienne en 1995.

Selon le Journal de Montréal, M. Charest aurait été congédié par Canada Alpin en 1998 en raison des crimes dont il est maintenant accusé.

Il était employé comme entraîneur de ski au mont Blanc au moment de son arrestation. La station de ski a décidé de le suspendre dès qu'elle a été mise au courant des accusations pesant contre lui.