/regional/montreal/montreal

Récupérer l'énergie de la mastication

Découverte montréalaise

Des chercheurs montréalais ont réussi à canaliser l'énergie produite par la mastication. Leur découverte suscite de l'intérêt dans le monde entier.

Depuis cinq ans, les chercheurs de l'École de technologie supérieure (ETS) tentent de récupérer l'énergie du corps humain pour alimenter des appareils auditifs.

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Ils ont ainsi mis au point une sangle faite de fibre piedzoélectrique sous la mâchoire, un dispositif permettant de convertir le mouvement en énergie électrique.

«On n'aura jamais besoin de recharger ou changer les batteries, les piles», lance Aidin Delnavaz, chercheur à l'ETS.

«Chaque semaine, ils sont obligés de prendre une toute petite batterie, la changer. Et c'est quelque chose, une opération qui nécessite une grande dextérité, qui demande d'ailleurs plus forcément. Donc, c'est très, très contraignant», explique Jérémie Voix, lui aussi chercheur de l'ETS.

«Quand on parle, quand on mange, dans toutes les activités dans laquelle on a besoin d'ouvrir et fermer la bouche, dans toutes les activités, on peut récupérer cette énergie-là», poursuit M. Delnavaz, qui y voit aussi des bienfaits pour l'environnement.

«Les éléments chimiques qui existent dans les piles, dans les piles rechargeables ou les piles ordinaires, peuvent nuire à notre environnement et à la fin, à notre santé.»

Il est question ici de gens qui portent une prothèse auditive, mais aussi un casque de premier répondant, par exemple. Les chercheurs doivent maintenant améliorer l'efficacité du système.

«On pourrait effectivement augmenter le nombre de couches que l'on va mettre à l'intérieur de cette sangle, affirme Jérémie Voix. Ensuite, on pourrait donc travailler également à avoir de meilleurs convertisseurs pour vraiment stocker toute l'énergie.»

On espère amorcer bientôt la commercialisation. Les chercheurs voient encore plus loin: un prototype à l'intérieur même de l'oreille.