/news/culture

Madame Lebrun, l'irrévérencieuse maman

Nouvelle sitcom de Super Écran

Ismaël Houdassine

Gilet rose en laine, tablier à fleurs et bas en coton, Benoît Brière a porté lundi la robe de Germaine Lebrun pour l'enregistrement d'un épisode de Madame Lebrun, la nouvelle sitcom burlesque de Super Écran.

L'acteur-travesti était entouré d'une grosse distribution composée entre autres de Sylvie Moreau, Éric Bernier, Sarah-Jeanne Labrosse, Pierrette Robitaille et Marc Beaupré.

Les décors installés dans les murs des studios Cinepool dans l'arrondissement montréalais de LaSalle rappellent Mrs. Brown's Boys, la série originale britannique présentée sur le réseau de la BBC Écosse. Peu connue chez nous, cette sitcom populaire est devenue une véritable institution dans les pays anglo-saxons.

«Elle est un sacré bout de femme, a expliqué Denis Savard, coproducteur avec Daniel Michaud de la version québécoise. Mrs. Browns est jouée là-bas par l'humoriste irlandais Brendan O'Carroll, qui signe également les dialogues. Elle tient sa famille sur ses épaules, mais n'hésite pas à embarrasser ses enfants lorsqu'elle en a la moindre occasion.»

(Photo Agence QMI)

Pour l'adaptation québécoise, le coproducteur a tout de suite pensé à Benoît Brière pour interpréter l'irrévérencieuse Germaine Lebrun. «C'est un acteur de grand talent qui peut incarner toutes sortes de personnages. Il est impressionnant. Il possède à la fois cette expérience de théâtre et de télévision. Il n'a pas peur d'interagir avec le public.»

Et puis, les rôles de femme, Benoît Brière connaît bien cela puisque dans les années 1990, l'acteur avait déjà interprété une maman dans les publicités de Bell. «J'ai gagné ma vie en brassière, a lancé l'acteur en riant. Cette fois, j'ai mis de côté la maman couveuse pour interpréter un personnage plutôt différent. Germaine Lebrun est déjantée et irrévérencieuse. Les gens vont l'adorer et vont adorer la détester.»

Les médias ont pu suivre l'enregistrement devant public du quatrième épisode qui en compte 10. D'ailleurs, le comédien s'est fait cabotin n'hésitant pas à renvoyer Pierrette Robitaille venue trop tôt pour sa séquence. Les caméras ont continué de tourner la scène sous les rires du public de 200 personnes.

«Il n'y a plus de série tournée en studio devant le public, a ajouté René Richard Cyr qui assure la mise en scène et la traduction. Quand le public est présent lors du tournage, cela change la donne, car il existe un véritable échange.»

Le metteur en scène a situé la série quelque part dans une ville du Québec au sein d'une famille ouvrière. «On y parle le joual, la réalité de ces gens qui vivent une existence modeste. Le langage est direct sans être cru ni vulgaire.»

Le style burlesque est bien présent. Germaine Lebrun est entourée de sa marmaille. Sa fille Carole (Sylvie Moreau) cherche l'âme sœur à 37 ans. Tandis que Gaëtan (Éric Bernier) tente sans grand succès d'avouer à sa mère son homosexualité.

«La série est composée de moments drôles et de moments plus graves. La vérité est toujours sous-jacente. Quand elle pleure pour ses enfants, on pleure aussi», a conclu René Richard Cyr.

D'une durée de 30 minutes, le premier épisode sera présenté le mercredi 27 mai prochain sur la chaîne Super Écran.