/finance/homepage

Piknic Électronik à la conquête des métropoles

Agence QMI

Pascal Lefebvre et ses trois partenaires, Nicolas Cournoyer, Michel Quintal et Louis David Loyer, ont lancé Piknic Électronik pour donner une vie à la musique électronique, en dehors des scènes nocturnes «underground».

À l’époque, le groupe d’amateurs de musique électronique, âgé d’une vingtaine d’années, était en transition entre la période des études et le monde professionnel, entre les activités de nuit et celles qui se déroulent le jour.

«J’ai eu un flash en mai 2003 quand je me suis retrouvé devant L’homme, la sculpture d’Alexander Calder qui se trouve à l’île Sainte-Hélène. Je me suis dit, c’est ici qu’on doit s’installer», a exprimé Pascal Lefebvre, président et cofondateur de Piknic Électronik.

L’idée de réhabiliter un lieu oublié des montréalais plaisait à l’ingénieur de formation. En quelques semaines à peine, il a convaincu la Société du parc Jean-Drapeau de le laisser organiser un festival de musique électronique.

Le premier rassemblement a eu lieu à la fin du mois de juin, en 2003. Cet été là, Piknic Électronik a accueilli 2000 fidèles. L’an dernier, ce sont 100 000 personnes qui ont foulé le sol de l’île Sainte-Hélène pour prendre part à l’événement tous les dimanches.

«C’est devenu une messe du dimanche. Un rendez-vous dominical qui permet aux gens de sortir du quotidien en plein cœur de la ville, dans un lieu enchanteur, pour écouter de la musique, manger et se rencontrer», a dit Pascal Lefebvre.  

L’engouement pour les journées Piknic Électronik était tellement grand que les fondateurs ont mis en place Igloofest, un festival de musique électronique hivernal, qui se déroule pendant quatre semaines, en janvier et février. Cet hiver, Igloofest a accueilli 86 000 fans dans le Vieux-Port de Montréal.

«On a reproduit le même principe avec l’idée de se réapproprier un espace public délaissé, de se réapproprier l’hiver dans le cadre d’un rendez-vous festif», a poursuivi M. Lefebvre.

Le cofondateur de Piknic Électronik et ses acolytes sont des entrepreneurs ambitieux. Fort de leur expérience montréalaise, ils ont décidé de se lancer à la conquête des métropoles du monde.

Après avoir lancé Piknic à Barcelone en 2012, ils ont décidé d’installer l’événement dans plusieurs grandes villes, en partenariat avec des promoteurs locaux. Pascal Lefevbre a même réintégré la direction, après quatre années à la tête du Quartier des spectacles.

Il veut que Piknic soit établi dans une dizaine de métropoles, d’ici quelques années. En plus de Montréal et Barcelone, l’événement prendra vie à Melbourne et il sera proposé aux résidents de Dubaï et Paris, dès cette année.

«Nous sommes approché par des représentants de plusieurs villes. On développe l’Europe en premier, mais nous souhaitons aussi travailler en Amérique centrale, en Amérique du Sud et aux États-Unis», a expliqué M. Lefebvre.   

***

Profil de l’entreprise

- Piknic Électronik

-Domaine d’affaires : organisation d’événements musicaux

-Basé à : Montréal

-Actionnaires: Pascal Lefebvre, Nicolas Cournoyer, Michel Quintal et Louis David Loyer

-Revenus : 7 M$

-Employés : 25 permanents

-Site web : piknicelectronik.com     

Votre meilleur coup? 

«Avoir réussi à développer un nouveau modèle d’affaire dans la culture basé sur la génération de revenu autonome quasiment indépendant des subventions et l’implantation du Piknic à Barcelone»

Votre moins bon coup?

«Avoir surestimé le marché régional du Québec pour l’implantation des Piknic, entre autres à Gatineau. Mais ça nous a appris beaucoup sur le modèle à préconiser pour le développement international»

Un conseil pour un jeune entrepreneur? 

«Toujours aller au bout de ses idées et de ses rêves en s’assurant d’avoir du plaisir. Également, avoir des associés qui ont des forces complémentaires.»