/news/homepage

Journaliste agressé dans un pavillon de l'UQAM

En vidéo

TVA Nouvelles

Le photo-journaliste de l'Agence QMI Maxime Deland a été agressé mercredi après-midi par un manifestant masqué dans un couloir de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

L'incident s'est produit alors qu'il couvrait une opération de levée de cours menée par un petit groupe d'étudiants.

Son appareil photo lui a été arraché des mains et a été violemment projeté au sol.
Un peu après 14h30, le journaliste s'est présenté avec un collègue du journal La Presse, Patrick Sanfaçon, devant une salle de classe du pavillon J.-A.-De Sève.

«On s'est retrouvés dans un couloir avec une quinzaine de manifestants en noir qui essayaient de lever un cours, a raconté Maxime Deland. Des agents de sécurité ont bloqué la porte de la classe. Moi, je tenais mon «kodak» à bout de bras pour tenter de prendre des photos.»

La tension est montée d'un cran. «La moitié des étudiants a été repoussée par les agents de sécurité, et l'autre moitié s'en est prise à nous.»

Les deux photographes de presse ont été clairement pris à partie.

L'un des étudiants a attrapé la bandoulière de l'appareil photo et «a tiré dessus à deux mains». Il l'a ensuite balancé par terre de toutes ses forces «comme un joueur de football qui lance le ballon au sol après avoir marqué un touché.»

Au cours de l'altercation, Maxime Deland a reçu le boîtier de son appareil en plein visage, le blessant au front.

«Nous, on essayait juste de faire notre travail et de protéger nos équipements», a commenté le journaliste de l'Agence QMI, soulignant que lui et son collègue avaient aussi en tête de se protéger l'un et l'autre.

«Les manifestants ont toujours été un peu hostiles aux journalistes, mais là, on est passé à un autre niveau. On a reçu des claques, des coups dans notre matériel, ils essayaient de le saisir. Je ne pense pas que ça serve leur cause», a également déploré Maxime Deland.

Il a porté plainte contre son agresseur.

«Une enquête est en cours, a indiqué en début de soirée Raphaël Bergeron, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal. Il n'y a pas d'arrestation pour le moment, mais on a plusieurs éléments solides qui devraient permettre d'identifier l'agresseur».

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings