/news/homepage

Sanctions plus sévères en vigueur

Cellulaire au volant

Les nouvelles sanctions plus sévères visant les conducteurs qui utilisent leur cellulaire au volant de leur voiture sont entrées en vigueur ce matin.

Un automobiliste pris en flagrant délit écopera ainsi de quatre points d'inaptitude, plutôt que trois comme auparavant.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a fait réaliser un sondage en novembre dernier, qui révèle que la majorité des usagers de la route sont en faveur de ce renforcement des sanctions. Selon leurs chiffres, 79% des Québécois approuvent cette mesure pour les conducteurs qui tiennent leur cellulaire en main pour parler et 93% sont d'accord pour ceux pris à texter au volant.

«Ce comportement dangereux constitue d'ailleurs l'une des principales préoccupations des Québécois et des Québécoises quant à leur sécurité sur les routes. C'est pourquoi la sanction sera renforcée», a indiqué le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti.

La loi sur l'utilisation du cellulaire au volant est entrée en vigueur en avril 2008. Depuis son instauration, le nombre d'infractions a explosé. En 2009, 42 613 conducteurs ont été épinglés. Pour l'année 2014, les policiers ont constaté 66 660 infractions.

La SAAQ estime que l'utilisation d'un cellulaire pendant la conduite d'un véhicule automobile multiplie par quatre le risque d'accidents, un risque encore plus grand lorsqu'il s'agit de texter.

Selon leurs estimations, un conducteur qui envoie un message texte en conduisant quitte la route des yeux pendant 4 à 6 secondes. À 90 km/h, une voiture franchit l'équivalent d'un terrain de football pendant cet intervalle.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.