/news/homepage

Des manifestations partout au Québec

Journée internationale des travailleurs

Plus d'une dizaine de manifestations distinctes se sont tenues vendredi au centre-ville de Montréal, en cette journée internationale des travailleuses et des travailleurs.

La plus importante a débuté à 9 h 30, au square Phillips, où 3500 personnes ont répondu à l'appel de la Coalition Main Rouge. Adultes, étudiants, enfants, syndicats: la marche a attiré une très grande variété de citoyens.

Peu après 10 h, les participants ont pris d'assaut la rue Union vers le sud. Ils ont zigzagué dans la métropole pendant près de 3 h, avant de se disperser à la place Émilie-Gamelin, vers midi.

(Crédit photo: Agence QMI)

Plusieurs autres ont suivi tout au long de la journée, notamment devant le quartier général de la Sûreté du Québec, près de certaines banques, en face des bureaux de circonscription du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, ainsi que sur le terrain de la station de métro Lionel-Groulx.

(Crédit photo: Agence QMI)

Les événements ont été relativement courts et ont tous attiré environ une centaine de personnes. Au total, deux personnes ont été arrêtées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Ailleurs en province

D'autres rassemblements se sont tenus aux quatre coins du Québec, entre autres en Abitibi-Témiscamingue, dans les Laurentides, dans Lanaudière et à Québec.

Le collectif Refusons l'austérité avait prévu des lignes de piquetage devant certains établissements à Montréal. Le Centre de Commerce Mondial a, notamment, été la cible de ces rassemblements. Le collectif rassemble de nombreux syndicats et regroupements étudiants.

Dès l'aube

Déjà, à 5 h, plusieurs personnes étaient rassemblées au parc Émilie-Gamelin, à Montréal, afin de lancer la journée. Ils se sont rendus à l'entrée du chantier du Centre hospitalier de l'Université de Montréal et l'ont bloqué pendant quelques dizaines de minutes, empêchant les ouvriers d'y entrer. Ils ont été délogés sans trop de résistance par les policiers du SPVM.

Vers 8 h, une centaine de personnes occupaient l'entrée de la Tour de la Banque nationale.

«Secteur économique le plus rentable, la moitié des banques ne paient pourtant pas d'impôts, a mentionné Véronique Laflamme, co-porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge). Quarante pour cent des profits des institutions financières proviennent des frais bancaires, qui d'ailleurs augmenteront encore dès la semaine prochaine. Qu'attend-on pour rétablir la taxe sur leur capital ?»

«Grèves, blocages piquetages, manifestations de quartiers, interventions bruyantes, activités de perturbations... c'est pour exiger du gouvernement qu'il recule sur ses décisions antisociales que les groupes sociaux à travers le Québec se mobilisent aujourd'hui», a souligné Kim De Baene, co-porte-parole de la Coalition Main rouge.

Par ailleurs, la direction du Collège de Rosemont a annulé les cours de la journée.

La journée devait culminer à 19 h, lors de la manifestation organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC). Trois points de rassemblement étaient prévus, soit au square Phillips, à l'angle des rues McGill College et Sainte-Catherine, ainsi qu'à l'intersection de McGill College et du boulevard De Maisonneuve.

L'organisation a lancé un appel à «perturber au maximum les activités commerciales du centre-ville». La CLAC a dit avoir choisi comme «cible politique» les bureaux de la Banque HSBC, situés à côté de ceux du premier ministre québécois, Philippe Couillard.


Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.