/regional/montreal/montreal

Des vélos-pupitres à l'essai à Laval

École Des Cèdres

TVA Nouvelles

Depuis une semaine, une école de Laval fait l'essai de vélos-pupitres. Un projet original proposé par un orthopédagogue qui sait que les enfants ont besoin de bouger, mais surtout ceux qui ont un déficit d'attention.

Jad souffre d'un déficit d'attention et canalise son trop-plein d'énergie en pédalant en classe.

«Cette énergie, c'est comme ma concentration. Ça me concentre plus que si j'étais à ma place, assis», dit-il.

«Je cherchais quelque chose qui permettrait aux enfants de bouger. Parce que bouger permet l'oxygénation du cerveau. Donc, une meilleure concentration», explique Mario Leroux, orthopédagogue à l'école Des Cèdres.


(crédit photo: TVA Nouvelles)

Le défi est de bouger sans déranger les autres élèves. Mario Leroux a trouvé des vélos-pupitres silencieux conçus aux États-Unis. La Banque Nationale a financé l'achat des quatre premiers.

«Ce que j'ai observé, c'est que ça les aide pendant qu'ils sont sur le vélo. Lorsqu'ils pédalent, ils sont plus concentrés à la tâche», affirme Monique Rizk, enseignante.

Certains élèves ont également dit à leur enseignante que ça les aidait à se déstresser, notamment lors d'une évaluation.

Tous les élèves sont invités à passer une quinzaine de minutes sur le vélo à tour de rôle. Certains n'ont pas aimé l'expérience.

«Il y en a qui ont de la difficulté avec la coordination. Alors, ce n'est pas pour eux. Je l'ai essayé moi-même et ça a été difficile pour moi. Honnêtement, j'essayais de lire en même temps que pédaler, moi, ça ne me convenait pas», ajoute Mme Rizk.

Loïc dit que le vélo-pupitre lui permet d'accomplir deux fois plus de travail qu'à l'habitude. «Quand je suis monté sur le vélo, j'ai pédalé. À la fin, j'ai fait la moitié d'une page», conclut le très fier garçon.