/regional/sherbrooke/centreduquebec

Accusations contre la propriétaire d'une usine à chiots

Bonsecours

Il y a un an, le MAPAQ frappait dans une usine à chiots de la route 220 à Bonsecours. Aujourd'hui, la propriétaire Joyce Powers s'expose à de lourdes accusations après que 19 chefs d'accusation aient été portées contre elle.

Joyce Powers était à la tête de cette ferme d'élevage jusqu'à ce que frappe le MAPAQ et la SPA de l'Estrie. Pour avoir négligé la sécurité et le bien-être des 212 chiens et 12 chats, la femme de Bonsecours s'expose maintenant à des peines pouvant aller jusqu'à 225 mille dollars.

«19 chefs d'accusations, c'est rare qu'on voie ça devant les tribunaux. Je suis vraiment content. On jubile», a indiqué Carl Girard de la SPA des Cantons.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Le 23 mai 2014, le MAPAQ et la SPA ont fait la deuxième plus importante saisie de l'histoire au Québec.

«Le dossier est très volumineux, on va laisser le temps à l'avocat de la défense de prendre connaissance du dossier», a précisé Marie-Audrey Joset, procureure de la couronne.

Absente à la cour aujourd'hui, l'accusée n'a pas reconnu les 19 fautes pour lesquelles on l'accuse. Ce n'est que lors du procès qui sera fixé en juillet prochain que les conditions de détention des chiens et chats seront alors dévoilées.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Une trentaine d'intervenants avaient en mai 2014 tout de suite dénoncé l'état lamentable dans lequel vivaient les animaux.

Plusieurs présentaient des problèmes évidents de santé. Cages mal entretenues, odeurs prononcées d'ammoniac, plusieurs bêtes souffraient de problèmes aux yeux et au pelage.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.