/finance/homepage

Vente des Nordiques: 20 ans déjà

Archives René Baillargeon / Le Journal de Québec

Il y a 20 ans, le 25 mai 1995, le deuil s'abattait sur les partisans de hockey de Québec. Leur équipe, les Nordiques, était vendue dans une transaction qui demeure aujourd’hui difficile à digérer.

«Les nouvelles exigences de l’industrie du hockey, la taille du marché de Québec et l’absence d’une aide gouvernementale adéquate sonnent le glas des Nordiques», avait déclaré à l’époque le président Marcel Aubut.

Les Nordiques ont ainsi déménagé à Denver pour devenir l'Avalanche du Colorado.

L'annonce est survenue quelques jours après l'élimination des Nordiques aux dépens des Rangers de New York, au premier tour des séries, le 16 mai.

Cependant, l'avenir de la franchise s'était véritablement décidé en janvier 1995.

Après 103 jours de lock-out, les joueurs et les propriétaires de la Ligue nationale de hockey (LNH) s'entendent: ceux-ci doivent toutefois laisser tomber l'idée d'un plafond salarial.

Pour un petit marché comme Québec, c’était le début de la fin.

«Le salaire des joueurs a presque triplé en quatre ans, avait expliqué Aubut. Compte tenu de l’absence d’un consensus au sein de la ligue pour l’établissement d’un mécanisme de partage des profits entre les grands et les petits marchés, la construction d’un amphithéâtre était un préalable pour la survie à long terme des Nordiques à Québec.»

Divers scénarios

Aubut et ses partenaires ont proposé divers scénarios aux paliers municipal et provincial, dont l'implantation d'un casino devant servir à financer la construction d'un nouvel édifice, mais sans succès.

«Je souhaite que les Nordiques restent à Québec, mais pas à n’importe quel prix», avait alors affirmé le premier ministre québécois Jacques Parizeau.

Selon Aubut, le gouvernement aurait proposé de devenir actionnaire du club pour 17,5 millions $ et d'éponger une partie des pertes liées à l'exploitation pendant deux ans. Toutefois, aucune promesse pour un nouvel aréna. Cette solution, toujours selon Aubut, n'était pas réaliste.

Avant Winnipeg et Hartford

Plutôt que de perdre de l'argent, Aubut et ses associés ont décidé de vendre le club pour 75 millions $ à une compagnie américaine, Comsat Corporation.

Les Nordiques sont partis les premiers, mais d'autres petits marchés ont également subi les conséquences de l'entente de 1995.

Les Jets de Winnipeg ont pris le chemin de Phoenix, en 1996. L'année suivante, les Whalers de Hartford sont devenus les Hurricanes de la Caroline.

Avec l'existence d'un plafond salarial, d'un partage des revenus et la construction d'un nouvel amphithéâtre, les gens de Québec rêvent maintenant, en 2015, de vivre la joie qu'ont connue les partisans manitobains en retrouvant leurs Jets.