/news

Retour en catimini de la «prime Bolduc»

Nouveaux patients

Le gouvernement Couillard a réintroduit en douce la «prime Bolduc», qui permet aux médecins d'obtenir des primes lorsqu'ils suivent de nouveaux patients.

La députée péquiste Diane Lamarre a critiqué un passage «indécent» de la nouvelle entente avec la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ). Il est écrit noir sur blanc dans cette entente que les 25 millions $ annuellement dévolus à ce bonus seront «réaffectés à la création de deux nouvelles mesures» favorisant l'inscription de la clientèle.

Ce document a été brandi en chambre par Mme Lamarre.

«C'est inconcevable. Est-ce que ça apporte vraiment quelque chose de plus au patient?» a dénoncé la pharmacienne.

L'entente avec les omnipraticiens spécifie qu'une première mesure va payer «un supplément» aux médecins pour la première visite associée à une inscription d'un «patient orphelin». La seconde mesure permet au «coordonnateur médical local» de «majorer selon les balises convenues le supplément octroyé» lorsque le patient orphelin était inscrit au guichet d'accès.

Le médecin et ancien ministre de l'Éducation Yves Bolduc s'était retrouvé dans l'eau chaude après avoir obtenu plus de 200 000 $ avec une telle prime.

Barrette dément

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dément complètement que l'entente avec les omnipraticiens annonce la réintroduction d'une prime. Il s'agirait plutôt d'une compensation.
«C'est une valorisation prise en charge d'un patient», a-t-il expliqué en affirmant qu'il ne «jouait pas avec les mots».

«On demande d'inscrire des patients et de les prendre en charge. Pour faire ça, ça veut dire que le médecin doit rencontrer le patient, poser des questions, faire un bilan de santé et expliquer comment la clinique fonctionne», a-t-il dit. Cet aspect sera précisé dans une entente à venir avec la FMOQ.

L'argent des médecins

La FMOQ reconnaît de son côté qu'il s'agit bien d'un «incitatif» très semblable à la fameuse «prime Bolduc», mais estime que les médecins y ont droit puisque cet argent leur appartient.

«Ce sont des sommes qui sont allouées aux médecins de toute façon. C'est dans notre entente générale. Si le gouvernement ne le donne pas sous cet angle, il va falloir qui le redonne ailleurs», a lancé Jean-Pierre Dion, directeur des communications de la Fédération en entrevue avec le «Journal de Québec».

Il reconnaît que Gaétan Barrette voulait abolir cette prime dans le contexte de l'«affaire Bolduc», mais que la Fédération l'a convaincu de la conserver sous une autre «forme».
«Il veut le faire différemment», a dit M. Dion.

Il souligne que de toute façon, ce ne sont pas de gros montants et qu'il faut les relativiser.
«Cent dollars ou 200 $ par nouveau patient, ça ne change pas la situation financière d'un médecin qui gagne 260 000 $ », a-t-il lancé.

La critique péquiste Diane Lamarre, une pharmacienne propriétaire, «en a vu passer des 100 $» de ce genre, a-t-il soutenu.

Il écorche au passage le PQ, qui dit «n'importe quoi» à propos de cette prime qui n'a jamais disparu. Le ministre péquiste Réjean Hébert, qui l'avait encadré, avait tout de même choisi de la conserver, a-t-il rappelé.

Khadir a honte

Le député de Québec solidaire Amir Khadir dénonce de son côté cette prime qui lui fait «honte» comme médecin.

«Il faut arrêter de créer des conditions où les médecins peuvent avoir honte de leur profession quand on voit à chaque fois que l'image que ça rend au public, c'est que les médecins veulent avoir plus pour faire le travail pour lequel ils sont déjà payés par le système de santé», a-t-il déploré.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.