/regional/sherbrooke/centreduquebec

L'organisation du PLC est en colère

Nomination d'Yvon Boivin

Deux jours à peine après l'annonce officielle de la candidature d'Yvon Boivin pour le Parti libéral du Canada dans Trois-Rivières, la majorité des membres du conseil exécutif, dont le président, ont donné leur démission, jeudi.

Ils sont en colère de n'avoir pas été avisés de cette candidature.

Ils ont appris la nouvelle en même temps que tout le monde et n'avaient pas été informés de l'intention d'Yvon Boivin de se présenter ni même invités lors de son annonce officielle, mardi dernier.

On ne leur avait pas dit non plus que la période de mise en candidature prenait fin la veille de l'annonce d'Yvon Boivin. Ils se sentent trahis d'autant plus qu'ils avaient un candidat en tête et ce n'était pas M. Boivin. Le candidat choisi devait donner sa réponse à la fin du mois.

L'exécutif croit que c'est le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne qui serait derrière cette manœuvre.

«Je suis plus choqué que déçu», a dit le président du conseil exécutif du Parti libéral dans Trois-Rivières, André Aubert. Il œuvre depuis 30 ans tant aux élections municipales, provinciales que fédérales, «et jamais ça ne m'est arrivé», a-t-il dit.

Yvon Boivin se défend en disant «qu'au contraire, le processus ne peut être plus démocratique». Il ajoute avoir suivi le processus de mise en candidature sur internet.

«N'importe qui peut se présenter, a-t-il dit. Pas besoin d'être un ami du parti.»
C'est samedi qu'a lieu la Marche citoyenne de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite.

Yvon Boivin en était le président jusqu'à son saut en politique la semaine dernière. Est-ce que ce rassemblement prendra une saveur «libérale»?

«Je pense qu'il faut donner le bénéfice du doute à M. Boivin et aux autres personnes qui sont au Parti libéral», a affirmé le candidat conservateur, Dominic Therrien.

Le candidat du NPD et actuel député de Trois-Rivières, Robert Aubin se questionne sur la transparence du processus démocratique chez les libéraux.

«Je suis très peu au fait du degré d'organisation ou de désorganisation de la machine libérale à Trois-Rivières, mais ce que je constate surtout c'est que nous au NPD, partout à travers le pays, on a tenu des investitures démocratiques et ouvertes», a dit M. Aubin.

Du côté du Parti libéral du Canada, on insiste également sur le fait que le «processus d'investiture ouverte a été suivi à 100%».

Selon le porte-parole Olivier Duchesneau, le PLC a été clair dans son processus et a affirmé à plusieurs reprises que les assemblées d'investitures peuvent être déclenchées à tout moment.

«Si d'autres personnes étaient intéressées, mais ne l'ont pas fait, il faut se poser des questions sur le sérieux de leur démarche. Nous avons 70 assemblées d'investitures de complétées sur 78 alors personne ne devrait être surpris du déclenchement d'une assemblée», conclut M. Duchesneau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.