/regional/montreal/montreal

Coup d'éclat des Femen au Grand Prix

2 activistes accusées de méfait

TVA Nouvelles

Des accusations de méfait seront portées contre les deux activistes du Femen qui se sont invitées aux activités entourant le Grand Prix de Montréal, sous le regard amusé et surpris de centaines de curieux. Elles étaient toujours détenues vers 16h.

Les Femen se sont présentées rue Crescent en début d'après-midi, où se déroulent les activités en marge de l'évènement.

Les deux activistes Femen voulaient ainsi dénoncer l'exploitation sexuelle des femmes en marge de cette semaine très achalandée dans la métropole.

«Montreal is not a brothel», ont clamé les jeunes filles, avant d'être interrompues par les agents de sécurité, nombreux sur le site.

(Agence QMI)

En plus de crier ce slogan, disant que «Montréal n'est pas un bordel», l'une des féministes a aspergé la foule de champagne.

Sa complice s'est pour sa part couchée sur une voiture exposée sur le site, en écartant les jambes. Dans son cas, l'interpellation a été plus musclée. La jeune femme est tombée alors que la sécurité tentait de la maîtriser. Elle a également été trainée au sol sur une longue distance.

Les deux jeunes femmes de 29 ans au torse dénudé ont été interpellées par des agents de sécurité et amenées à l'écart, avant d'être arrêtées par la police.

L'une d'elles a été libérée en soirée sur promesse de comparaître. Elle sera accusée d'avoir troublé la paix et d'action indécente, selon le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal Manuel Couture.

L'autre femme devrait comparaître ce vendredi, mais elle est restée détenue parce qu'elle n'aurait pas respecté une condition judiciaire qui lui avait été imposée. Elle devrait être accusée de méfait, de bris de condition, d'action indécente et d'avoir troublé la paix.

Le groupe avait réussi un coup semblable à pareille date l'année dernière, alors que deux femmes avec les seins nus avaient protesté contre l'événement qui «fait rouler l'industrie du sexe et le lucratif tourisme sexuel».

Plus récemment, l'une d'elles, Neda Topaloski, avait fait un coup d'éclat devant la ministre libérale Hélène David à l'Assemblée nationale à Québec.

(Agence QMI)

(Agence QMI)

(Agence QMI)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

(capture d'écran, TVA Nouvelles)

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie