/news/homepage

Les coupes à BAnQ menacent son avenir

Syndicat

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a dénoncé mardi les récentes coupes de postes et de budgets à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Réduction des heures d'ouverture, perte d'expertise professionnelle spécialisée, charge de travail alourdie, délais rallongés dans les services offerts à la population, difficulté à recruter et haut taux de roulement du personnel, les impacts des compressions sont bien réels, a fait valoir le syndicat.

«Avec des coupes d'environ 5 millions $ pour les années 2014-2016 qui provoquent la perte d'une quarantaine de postes - dont quatre en informatique -, BAnQ n'a d'autre choix que de réduire l'accès du public à ses services et de s'amputer d'une précieuse expertise», a déploré le président du SPGQ, Richard Perron.

Ce dernier juge que les coupes de postes en informatique sont en contradiction avec la volonté du gouvernement de rebâtir l'expertise interne dans le domaine des technologies de l'information.

«L'abolition de quatre postes d'analystes en informatique aura des impacts, dont celui d'ouvrir la porte au recours à la sous-traitance, avec les coûts supplémentaires considérables qui en découlent pour les contribuables ou celui de ne pas offrir les services auxquels les usagers sont en droit de s'attendre», a indiqué Richard Perron.

Le président du SPGQ a invité le premier ministre, Philippe Couillard, à «renverser les coupes de postes et de budgets qui gangrènent les missions essentielles de BAnQ».