/regional/montreal/montreal

74 M$ pour un système radio défaillant

EXCLUSIF - Le SPVM contraint de revenir à l'ancienne technologie

Le nouveau système radio du Service de police de la Ville de Montréal, acquis au coût de plusieurs dizaines de millions de dollars, connait de sérieux ennuis techniques, au point où les responsables ont ordonné le retour au vieux système datant de 1989.

Selon les informations obtenues par TVA Nouvelles, après une longue période de tests, le SPVM a tenté de basculer complètement ses opérations vers le nouveau système SERAM le 22 juin dernier. En vain.

Le changement n'aura duré que 2 semaines.

Les problèmes ont été si nombreux que la direction a décrété le retour à l'ancien système Zenith «jusqu'à nouvel ordre».

Les problèmes de communications du sytème de radio SERAM en illustration. (Crédit photo: infographie TVA Nouvelles)

La qualité des communications radio est au cœur des problèmes. «Une fois sur deux, les policiers doivent répéter leur message. Les répartiteurs ne les comprennent pas», a confié une source à TVA Nouvelles, sous le couvert de l'anonymat par crainte de perdre son emploi.

«Parfois, les patrouilleurs sont au coin de St-Laurent et Ste-Catherine et le studio (le centre de répartition du SPVM) ne les capte même pas!» confie cette même source.

Ces problèmes sont d'ailleurs à l'origine d'une importante confusion lors d'une opération à haut risque le soir du 26 juin dernier sur l'avenue Ponsard, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce.

Les policiers intervenaient sur les lieux d'une altercation avec un suspect armé. Selon plusieurs sources, les premières communications radio ont été captées difficilement, si bien qu'on croyait qu'une policière venait d'être abattue. Ce n'était pas le cas.

(Crédit photo: infographie TVA Nouvelles)

C'était plutôt le suspect qui avait été atteint par balle par les policiers. Une information cruciale pouvant influencer le déploiement tactique des autres agents sur les lieux.

«On a peur que quelque chose de dramatique survienne. Quand un policier va demander une ambulance pour un arrêt cardiaque et que personne ne l'aura capté, qu'est-ce qui va arriver?», se demande une source.

Le problème vient du fait que les voitures-patrouille du SPVM sont dotées du nouveau système numérique SERAM. Mais les walkies-talkies des policiers, eux, transmettent encore en mode analogique. Un correctif informatique, communément appelé patch, a donc été installé pour faire le lien entre les deux systèmes. Mais souvent, nous explique-t-on, les premiers mots transmis sur les ondes sont inaudibles.

Étroite surveillance

Qualifié à l'époque «du plus gros contrat de l'histoire de la Ville de Montréal après celui des compteurs d'eau», le projet SERAM devait faire l'objet d'une étroite surveillance.

Une première phase du contrat a été octroyée en juin 2012. La firme Cassidian (appelée aujourd'hui Airbus DS) l'a remportée au coût de 42,5 M$.

Puis, l'année suivante, la compagnie Motorola a obtenu la deuxième phase du contrat, visant cette fois l'acquisition des terminaux véhiculaires et leur installation, au montant de 31,5 M$.

Le nouveau système SERAM doit être bon, en principe, pour les 15 prochaines années.

Originalement, le Service des incendies de Montréal devait aussi en bénéficier. Mais une panne survenue le 12 décembre a mis fin aux espoirs, du moins pour l'instant. Le SIM est aussi revenu à son ancien système de communication.

(Crédit photo: infographie TVA Nouvelles)

La Fraternité des policiers de Montréal affirme, quant à elle, être «très au fait des problèmes» et dit suivre l'implantation de SERAM «de très près».

Selon nos informations, plusieurs patrouilleurs se sont plaints des risques engendrés par un système radio défaillant. Des recours devant la CSST auraient même été envisagés.

Quant au bon vieux système de communication Zenith, certaines de ses composantes sont devenues introuvables. Lorsqu'un bris survient, les techniciens de la Ville de Montréal doivent parfois user d'imagination et usiner eux-mêmes les pièces.

C'est avec ce système que travaille actuellement l'un des plus importants services de police au Canada.

Le projet SERAM en chiffres

Projet amorcé en août 2011
Devait être prêt en 2014

1er Appel d'offres

  • 24 août 2011
  • Accordé juin 2012 à Cassidian Communications
  • 42 547 281,73 $
  • Pour l'acquisition, l'installation, la gestion et la maintenance du système.

2e Appel d'offres

  • 17 octobre 2012
  • Accordé juin 2013 à Motorola Solutions Canada
  • 31 459 067,00 $
  • Pour la fourniture et installation des terminaux d'utilisateurs (TDU), et support informatique.

Total : 74 M$

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.