/regional/montreal/montreal

Route 116 : rien n'est toujours fait

Intersection dangereuse

Il y a près d'un an jour pour jour, une jeune cycliste de 13 ans, Julianne Riendeau, perdait la vie après avoir été renversée par une voiture à l'intersection de la route 116 et du boulevard de Boucherville, à Saint-Bruno-de-Montarville. Un an plus tard, rien n'est fait pour rendre sécuritaire cette intersection.

«Un an plus tard, on est dans la même situation. On n'a rien fait», a souligné Danny Tardif, le père de Cassandra Tardif, l'une des amies de Julianne Riendeau, qui était présente lors de l'accident.

«Julianne, il est trop tard, elle est partie. Mais on milite pour nos enfants et les autres enfants qui traversent encore ici», a de son côté indiqué Marie-Josée Dumas, la mère de Louis-Philippe Savard, qui était également présent lors de la catastrophe.

Les parents réclament entre autres un décompte pour indiquer au passant le nombre de secondes restantes avant que les feux de circulation ne changent de couleur.

À cette intersection, le temps de traverse est de 26 secondes et les véhicules - ils sont environ 70 000 par jour - ont, en moyenne, une vitesse de 90 km/h.

En février dernier, le ministère des Transports a créé un comité, Axe route 116, pour repenser la sécurité du secteur.

«À un moment donné, il y a tellement d'échelons qu'il n'y a rien qui se passe», a déploré Mme Dumas.

Un porte-parole du ministère des Transports a indiqué que des travaux pourraient se réaliser à la fin de l'été de la présente saison de vélo.

(D'après un reportage de Marie-Pier Cornellier)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.