/news/law

Poursuite de 400 M$ contre Uber

Ontario

La cabale contre les taxis Uber prend la voie juridique. Un propriétaire et exploitant de taxis a déposé une poursuite de 400 millions de dollars en dommages et intérêts devant la Cour supérieure de l'Ontario, jeudi.

Une demande d'injonction contre UberX et UberXL a aussi été déposée et, si elle est accordée, interdirait toutes les opérations de Uber dans toute la province de l'Ontario.

Dominik Konjevic agit comme plaignant dans ce recours. Il allègue que Uber a violé à de multiples reprises le Code de la route et que l'entreprise a contribué à faire émerger un énorme marché lié au transport illégal à Toronto.

En plus des 400 millions de dollars, une somme de 10 millions de dollars s'ajoute à la poursuite à titre de dommages punitifs.

Uber poursuit son développement

Alors que la poursuite était déposée à la Cour, Uber annonçait jeudi sur son site internet une nouvelle expansion dans le sud-ouest ontarien.

Les villes de London, Hamilton, Guelph et la région de Waterloo sont desservies depuis 14h.

«Uber offre des prix jusqu'à 25 % moins cher qu'une course de taxi traditionnelle. Et vos quatre premières courses seront gratuites jusqu'à dimanche», peut-on lire sur le fil de nouvelles de Uber.
L'entreprise poursuit aussi son opération charme pour susciter l'intérêt de ses clients et de futurs utilisateurs.

Ce vendredi, Uber se transformera en livreur de crème glacée dans un peu plus de 250 villes.

À Montréal et Québec, par exemple, pour 20 dollars, Uber enverra cinq portions aux personnes qui commanderont à l'aide de l'application suivie du code #UberIceCream.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.