/regional/montreal/montreal

Plongeurs recherchés pour retrouver une prothèse perdue

TVA Nouvelles

Un homme qui faisait du ski nautique de type «bare foot» a malheureusement perdu sa prothèse au fond du lac Sylvère à Saint-Donat, vendredi dernier.

Maxime Lévesque, qui pratique ce sport de depuis de nombreuses années, a pris une mauvaise vague, et sa prothèse qui fait près de 10 livres a coulé à pic dans le lac. Maxime a tenté de la rattraper, en vain.

(Journal de Montréal)

Mal pris, l'homme et sa conjointe ont lancé un appel sur les réseaux sociaux afin de trouver des plongeurs expérimentés prêts à les aider. Sa publication a été partagée près de 10 000 fois sur Facebook.

En entrevue à LCN, Maxime Lévesque a expliqué que le défi en était un de taille les intéressés: «C'est certain que la profondeur du lac et la température de l'eau sont des facteurs importants. Lundi on avait 5 plongeurs qui étaient sur place, et six plongeurs s'organisent pour venir mercredi pour ratisser un autre secteur.»

Le périmètre dans lequel les recherches se déroulent est assez grand. «On cherche dans un quadrilatère de 100 pieds par 300 pieds où la profondeur varie entre 40 à 85 pieds de profondeur. Sous les 20-25 pieds, la température de l'eau avoisine les 6 degrés Celsius, une température très froide», a précisé M. Lévesque sur LCN.

Yan Lachapelle et Patrice St-Pierre ont plongé dans le lac Sylvère lundi après-midi. (Journal de Montréal)

Privé du dispositif essentiel à son quotidien, Maxime utilise pour le moment son ancienne prothèse qui n'est pas très confortable. «Il y a des pièces défectueuses dessus, j'ai une moins bonne retenue de mon moignon à l'intérieur. Je suis blessé quelques heures seulement après l'avoir porté. C'est sûr que je ne peux pas vaquer à mes occupations habituelles», précise-t-il.

(Journal de Montréal)

Le remplacement de l'ancienne prothèse est cher, mais est surtout très long, soit entre 4 à 6 mois.

La prothèse de Maxime sera-t-elle retrouvée par un bon Samaritain? Le message est lancé.

Il est possible de joindre Maxime Lévesque et Julie Kennedy via la page Facebook «À la recherche de la prothèse à Max».