/news/politics

Justin Trudeau se dit à l'écoute et authentique

TVA Nouvelles

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, a profité d'un rassemblement de ses équipes à Montréal lundi matin pour donner une entrevue à TVA Nouvelles.

M. Trudeau s'est dit prêt pour la longue campagne électorale et «ouvert à toutes sortes de débats».

«J'ai hâte de pouvoir continuer à échanger avec les autres chefs dans les semaines à venir», a même lancé le chef libéral.

 

(TVA Nouvelles)

 

Liens avec le Québec et les Québécois?

Interrogé sur le lien particulier que tous les partis veulent établir avec le Québec, Justin Trudeau s'est appuyé sur «son plan».

«Nous, on va baisser les impôts pour la classe moyenne en demandant aux mieux nantis de payer plus en impôts. Nous sommes les seuls à faire ça», explique-t-il.

«On offre une allocation canadienne aux familles qui va donner plus d'argent à neuf familles sur dix. Et on va sortir 315 000 jeunes de la pauvreté. On a un plan très concret et j'ai hâte de contraster avec le manque total de plan de M. Mulcair.»

Sur le lien plus personnel que chaque chef entend tisser avec les Québécois, M. Trudeau dit qu'il pense que les gens veulent un chef «qui connecte avec les gens», qui est «à l'écoute» et qui se présente de façon «authentique».

 

(TVA Nouvelles)

 

«Ils ont eu l'habitude de ça avec mon père et ils ont ça avec moi. C'est un grand contraste avec l'autre alternative au Québec, M. Mulcair qui dit une chose au Québec et une autre ailleurs au Canada», précise-t-il.

Quant à la représentation du Québec dans un hypothétique cabinet, le chef libéral fait savoir qu'il peut compter sur des «candidats extrêmement forts» dans la province.

«Prenez Jean-Yves Duclos à Québec, un grand économiste. Ou Nicola Di Iori dans Saint-Léonard-Saint-Michel. Ou encore au sein du causus avec Marc Garneau et Stéphane Dion. Nous avons des gens extraordinaires à travers le Québec. Le Québec a besoin d'avoir des personnes fortes pour parler au cabinet, car le Canada fonctionne très bien quand le Québec est très bien représenté»

Économie et sécurité

Sur les questions économiques, le chef du PLC a réitéré sa volonté d'équilibrer le budget sans se donner d'échéance cependant.

«M. Harper nous a laissés dans un trou énorme. Il refuse de reconnaître qu'on est en récession maintenant et de freiner les dépenses à un moment de récession. Non seulement c'est de la mauvaise politique économique, mais ça fait mal aux gens», affirme-t-il.

Il a par ailleurs parlé de la sécurité intérieure disant que les électeurs s'attendent à ce que le gouvernement protège la sécurité, tout en respectant les droits et libertés cependant.

Il a aussi insisté sur le fait que le gouvernement canadien doit travailler beaucoup plus avec les parents et les communautés affectées par la radicalisation.

«M. Harper préfère juste imposer des lois plutôt que de travailler avec ces communautés», affirme-t-il.

Faire de la politique autrement

Justin Trudeau a aussi dit qu'il voulait changer la façon de faire à Ottawa et repositionner les députés.

«Nos députés doivent d'être représentants de leur communauté à Ottawa, et pas la voix du premier ministre dans leur comté. Nous avons besoin de permettre aux députés de parler haut et fort et d'être libres de bien représenter les valeurs de leurs citoyens.»

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie