/regional/montreal/montreal

Défilé de la fierté gaie: soleil, chaleur et foule!

TVA Nouvelles

Avec la chaleur et le soleil, la journée était idéale pour le 31e défilé de la fierté gaie à Montréal, ce dimanche. Le défilé s'est déroulé dans une ambiance très festive, devant une foule record de 290 000 personnes.

L'événement a été l'occasion pour plusieurs de faire valoir les avancées réalisées, mais aussi ce qu'il reste à faire.

(Agence QMI)

L'événement coloré comme toujours a attiré des milliers de spectateurs...dont plusieurs familles. «C'est elle qui a vu ça à la télévision. Elle a dit: 'Je veux aller là. Je veux voir les belles couleurs», a expliqué un spectateur. «On pense que tout le monde doit être vraiment traité comme égal», a dit une autre personne présente sur les lieux.

(Agence QMI)

Cet événement, aujourd'hui grand public, démontre la plus grande ouverture de la société envers les gais et lesbiennes selon le fondateur de l'événement, Éric Pineault. «C'est devenu plus festif, parce qu'on a vraiment atteint l'égalité juridique et sociale pour les lesbiennes et les gais, mais pas pour les personnes trans encore. Alors, on travaille très fort là-dessus», a-t-il expliqué à TVA Nouvelles.

(Agence QMI)

Il faut aussi se rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, une fête homosexuelle menait à une violente intervention policière au centre-ville de Montréal.

(Agence QMI)

Il y a 25 ans, en 1990, c'est à coups de matraque que les policiers mettaient un terme à une soirée appelée «Sex garage». «Il y a eu des agressions physiques. On voit qu'aujourd'hui, on collabore avec les forces de l'ordre et ça va très bien. Quelle belle avancée», a ajouté le fondateur de Fierté Montréal.

(Agence QMI)

Une exposition publique rappelle cet événement. Les seules photos existantes de l'intervention policière avaient été prises par une photographe, aujourd'hui invitée au défilé.

(Agence QMI)

À cette époque, les défilés étaient provocateurs, revendicateurs. «C'est un événement de reconnaissance. Je pense qu'on est rendu là dans... la... façon de faire. Au début, on a été très revendicateur, mais là, évidemment, il y a beaucoup de choses et j'ai adoré ce que Jasmin Roy a dit tantôt. Il faut développer des milieux. Il y a encore des événements d'homophobie et de transphobie», a souligné de son côté le maire de Montréal Denis Coderre.

Aujourd'hui entreprises, syndicats et politiciens veulent tous se faire voir au défilé.

L'événement mène une étude statistique chaque trois ans à l'aide d'une firme de marketing pour évaluer la foule assistant au défilé.

Lors de la dernière étude, les organisateurs avaient dénombré 263 000 personnes.

Voici les photos de l'Agence QMI





























Dans la même catégorie