/news/homepage

Harper encore questionné sur le procès Duffy

Ottawa

Charles -A. Gagnon

Le chef conservateur Stephen Harper a de nouveau été confronté aux questions des journalistes dimanche concernant le procès Duffy et les tergiversations au bureau du premier ministre pour traiter du dossier du remboursement des dépenses du sénateur.

Lors d'un point de presse à Ottawa, M. Harper a répété que les deux personnes responsables dans ce dossier sont Mike Duffy et son ancien chef de cabinet Nigel Wright.

«On m'a dit que M. Duffy avait remboursé ses dépenses. C'est ce que j'ai dit qui devait arriver. Lorsque j'ai appris que ce n'était pas le cas, que M. Duffy n'avait pas remboursé ses dépenses comme il aurait dû le faire, et que M. Wright les a payées, j'ai tenu ces deux individus responsables de leurs actions», a expliqué M. Harper.

Stephen Harper a refusé de débattre des preuves et des témoignages devant le tribunal avec les journalistes, dimanche. Il n'a pas répondu aux questions concernant la requête du chef libéral Justin Trudeau pour que soient congédiés certains acteurs qui auraient participé, selon de nombreux courriels rendus publics dans le cadre du procès, au plan visant à rembourser les dépenses du sénateur Duffy en 2013.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, croit de son côté qu'une seule personne doit être éconduite, soit Stephen Harper.

«Je crois que quelqu'un doit être congédié en lien avec l'affaire Duffy-Wright, et c'est la personne qui a nommé Mike Duffy au Sénat. C'est cette même personne qui a embauché ce chef de Cabinet. La personne responsable du bureau du premier ministre lorsque le chèque de 90 000 $ a été donné, c'est le premier ministre. Alors, le 19 octobre, les Canadiens auront l'occasion de congédier la personne responsable de ce gâchis, et c'est Stephen Harper. Je ne commencerai pas à pourchasser des subalternes», a expliqué le leader néo-démocrate.

Lettre de Trudeau

Pour sa part, Justin Trudeau a envoyé une lettre au premier ministre sortant Stephen Harper, dimanche, dans laquelle il écrit que «la preuve présentée au procès de Mike Duffy démontre qu'il y a eu tentative de la part de votre personnel de camoufler les dépenses de M. Duffy et qu'une fausse version des faits a été donnée au Parlement et aux Canadiennes et Canadiens».

«Votre personnel a tenté de mettre un terme à la vérification externe de la firme Deloitte, il a manipulé un rapport du Sénat et élaboré des argumentaires tout simplement faux en réponse à ces événements, incluant les détails du chèque de 90 000 $ de Nigel Wright à Mike Duffy, a continué le chef libéral dans sa lettre. Les courriels révèlent que des têtes dirigeantes de votre équipe de campagne électorale actuelle, dont Marjory LeBreton, Irving Gerstein et Ray Novak, étaient impliquées dans ces activités.»

«Vous affirmez que la «grande majorité» des membres de votre personnel n'étaient (sic) pas au courant au sujet du chèque de Nigel Wright. Qui, précisément, était au courant?» a demandé Justin Trudeau.

Mike Duffy fait face à 31 chefs d'accusation de fraude, d'abus de confiance et de corruption, en lien avec des indemnités de dépenses réclamées au Sénat depuis sa nomination en 2009 par Stephen Harper, notamment des dépenses liées à son logement.

Le procès criminel se poursuit lundi à Ottawa.

Dans la même catégorie