/news/politics

Duceppe refuse de s'avouer vaincu

TVA Nouvelles

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, n'a pas l'intention de se laisser distraire par les résultats des derniers sondages qui tendent à démontrer que son parti est en perte de vitesse au Québec.

Il a affirmé jeudi après-midi qu'il restait encore deux mois à la campagne électorale et que personne ne pouvait prédire l'issue du scrutin.

«Des prophètes, moi, j'en ai vu passer, et j'ai rarement vu des bons prophètes deux mois avant la fin d'une campagne», a-t-il déclaré aux journalistes, quelques instants après être allé déposer son bulletin de candidature au bureau du directeur du scrutin.

Selon les résultats d'un sondage CROP réalisé pour La Presse qui ont été dévoilés jeudi, les appuis à la formation souverainiste ont chuté à 16% au Québec, ce qui lui vaut la troisième place, derrière le NPD (47%) et le Parti libéral (20%).

Gilles Duceppe a fait valoir que tout pouvait arriver au cours d'une campagne électorale. Il a rappelé que lors du dernier scrutin fédéral, le Bloc québécois avait démarré en lion avant d'être emporté, au fil d'arrivée, par la vague orange du Nouveau Parti démocratique (NPD).

«Il arrive qu'on pédale face au vent, mais une fois qu'on a pédalé face au vent, le restant de la route, on a le vent dans le dos, a dit le chef bloquiste. La dernière fois, on avait le vent dans le dos au départ puis on avait le vent dans la face à la fin. Et là, on va travailler très fort pour que ce soit l'inverse.»

M. Duceppe a une fois de plus concentré ses attaques contre le NPD de Thomas Mulcair, qu'il a accusé de tenir un double discours sur les projets de pipeline. Il a soutenu que le Bloc était la seule formation politique à défendre réellement les intérêts du Québec.

«Les intérêts des Québécois, c'est d'avoir des gens qui se lèvent à Ottawa pour parler en leur nom et pas des gens qui hésitent à le faire parce que ça nuit à des collègues des autres provinces, a-t-il dit. C'est exactement ça que font les trois autres partis. On le voit dans les oléoducs, ils ont la même position tous les trois.»