/news/homepage

Le Parti conservateur montre la porte à son candidat Gilles Guibord

Rosemont-La Petite-Patrie

Le Parti conservateur a montré la porte à son candidat dans Rosemont-La Petite-Patrie, Gilles Guibord, après que certains de ses propos jugés sexistes aient refait surface dans les médias sociaux.

Une source conservatrice a confirmé, jeudi, que le candidat s'est retiré lorsque le parti lui a signifié que ses propos étaient inacceptables.

«Pour être juste, il serait mieux de parler d'autorité de l'homme sur la femme que de supériorité», a-t-il écrit en guise de commentaire sur le site du «Journal de Montréal», en réponse à une chronique de Sophie Durocher, intitulée «Religion et corps féminin, revenez-en!», publiée le 13 février 2014.

«Je pense que les rapports hommes femmes n'ont pas été déterminés par la religion, mais par les rapports de forces bien avant les religions. L'homme étant plus fort que la femme, la femme s'est placée sous sa protection. À cause de ses grossesses, la femme était souvent dans un état de fragilité ou d'insécurité, alors l'homme assurait sa sécurité. Etc. Croyez-vous que dans les couples homosexuels les rapports d'autorité de l'un sur l'autre n'existent pas? Ne pas tenir compte de ces réalités, la mouvance féministe fait fausse route. La lutte des sexes, que les féministes mènent, peut bientôt frapper un mur. Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'université? À nourrir vos préjugés? Bonne Saint-Valentin», peut-on y lire également.

M. Guibord devait défendre les couleurs du parti dans le comté représenté par le député sortant Alexandre Boulerice. L'ex-candidat conservateur a auparavant été péquiste, puis bloquiste avant d'être candidat à l'ADQ et pour un parti nationaliste et chrétien.

Il s'est aussi prononcé publiquement sur le port de signes religieux, militant en faveur de l'interdiction du port de la burqa et du niqab au Québec et contre le port des signes religieux ostentatoires dans les institutions publiques.

«La population veut que le port de la burqa et du niqab ne soit pas permis au Québec; parce que ces vêtements nient l'égalité de l'homme et de la femme et imposent un vêtement contraignant à la femme. Cette demande relève du gros bon sens», écrivait-il dans un mémoire intitulé «La religion de l'extrémisme», qu'il a déposé en 2010 dans le cadre du projet de loi 94 du gouvernement Charest sur les accommodements raisonnables et le visage découvert dans la fonction publique.

Jointe par téléphone, l'agente officielle de campagne de M. Guibord, Bertrane Royer, n'a pas souhaité émettre de commentaires.


Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.