/regional/montreal/montreal

Le nouveau chef du SPVM assermenté

Sur fond de contestation

TVA Nouvelles

Le nouveau directeur du Service de police de la Ville de Montréal, Philippe Pichet, a été assermenté vendredi après-midi lors d'une cérémonie qui s'est tenue à l'hôtel de ville de Montréal, en l'absence, toutefois, de représentant de la Fraternité des policiers.

La cérémonie s'est déroulée en présence, entre autres, du maire de Montréal Denis Coderre, de la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre Lise Thériault, du ministre des Transports et responsable de la région de Montréal, Robert Poëti.

Aucun représentant de la Fraternité des policiers et policières de Montréal n'était sur place. Quelques heures avant l'assermentation, la fraternité a annoncé par voie de communiqué qu'elle ne serait pas représentée et «qu'elle n'assouplira pas ses moyens de pression pour l'évènement».

M. Pichet, qui devient le 38e directeur du SPVM, avait été recommandé par le maire Denis Coderre, fin juillet et sa candidature avait été retenue par le comité de sélection de la Ville de Montréal. Il succède à Marc Parent, qui avait annoncé, en mai dernier, qu'il ne solliciterait pas un second mandat.

«Favoriser le dialogue»

Prenant la parole après son assermentation, le nouveau directeur a exposé sa vision de sa nouvelle mission, soulignant entre autres qu'il entend se démarquer en entreprenant des discussions avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal.

«Nous devons ériger un environnement de travail qui favorise le dialogue», a-t-il précisé.
Il a également remercié le maire Coderre pour la confiance qu'il lui porte.

Philippe Pichet, qui compte 24 années de service au sein du corps policier montréalais occupait le poste d'assistant-directeur depuis quelques mois. Au cours de sa carrière, il a notamment, dirigé la division de la lutte antiterroriste et la planification opérationnelle.

Grogne de la fraternité

Par voie de communiqué, le président de la fraternité, Yves Francoeur avait souligné avant la cérémonie «qu'au courant des dernières années, les policiers et policières de Montréal ont été privés de leur droit de négocier librement leurs conditions de travail, et ce, en contravention des principes constitutionnels les plus élémentaires».

Il déplore le fait que la Ville de Montréal, qui par le passé a voulu une approche de rémunération globale incluant les salaires et le régime de retraite, «cherche maintenant à changer les règles du jeu et à dissocier les deux pour diminuer la rémunération globale des policiers et policières».

«Nous souhaitons bonne chance au directeur Pichet devant les défis énormes qu'il doit relever» a conclu Yves Francoeur, soulignant que la Fraternité demeure de bonne foi dans les circonstances.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings