/news/homepage

Le ministre Blais insatisfait des compressions

Commissions scolaires

Voilà qui pourrait donner des munitions au ministre de l'Éducation: en ce jour de rentrée scolaire, François Blais est visiblement insatisfait de la manière dont les commissions scolaires gèrent les compressions de 150 millions de dollars qu'il leur impose cette année.

Les commissions scolaires étant autonomes, TVA Nouvelles a contacté plusieurs d'entre elles pour connaître leurs choix budgétaires en 2015-2016. La majorité applique des compressions dans l'administration, mais plusieurs se voient aussi dans l'obligation de réduire de façon importante les services aux élèves.

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Moins de services aux élèves

Par exemple, la rentrée à la commission scolaire de la Beauce-Etchemin est marquée par la disparition de quinze classes. Les élèves sont transférés dans des groupes plus nombreux. «On est vraiment rendus à l'extrême limite. On joue avec l'avenir de nos enfants», déplore Normand Lessard, le directeur général.

Les commissions scolaires de Laval et de Montréal (CSDM) doivent mettre fin à des programmes qui, ne se qualifiant pas pour les programmes gouvernementaux, ne recevaient pas ou peu de subventions. « Il va y avoir environ 170 techniciens en éducation spécialisée de moins », explique Louise Lortie, la présidente de la Commission scolaire de Laval. Il s'agit donc d'une réduction majeure de service pour les élèves handicapés, une clientèle qui augmenterait d'environ 10% chaque année dans la région.

«Il y a un moment où diminuer l'administration ne suffit plus. Il n'y a plus d'autres possibilités. C'est pour ça qu'on doit faire ça», ajoute-t-elle. Les commissaires de Laval ont également pris la décision de réduire le budget pour la formation professionnelle ainsi que celui des activités dans les écoles primaires et secondaires.

Sa voisine, la CSDM à Montréal, réduit le transport scolaire et met fin à un programme qui permettait aux jeunes immigrants ou aux moins bien nantis de s'intégrer. «Ces projets de comités de quartiers étaient super importants», affirme la présidente, Catherine Harel-Bourdon. «Les intervenants communautaires scolaires faisaient le pont entre la famille et l'école».

Les choix sont différents dans l'est du Québec, dans la commission scolaire de la Côte-du-Sud, à Montmagny. Le couperet tombe sur les travaux d'entretien des écoles, remis à une date indéterminée. Sur la Rive-Sud de Montréal, la commission scolaire des Patriotes choisit plutôt de mettre en vente trois terrains d'écoles.

Le ministre insatisfait

Visiblement insatisfait, le ministre de l'Éducation, François Blais, n'approuve pas la façon dont les commissions scolaires répondent à la commande budgétaire du gouvernement. Rappelons que 39 d'entre elles, sur 72, lui ont demandé de faire un déficit. «Je ne veux pas dire ce qui me déplaît ou ce qui me plaît parce que je ne fais pas de microgestion. Par contre, c'est clair qu'on avait des attentes, on a eu des discussions sur les règles budgétaires, mais les choses ne se passent pas comme on aurait voulu», dit-il.

«On a fait des choix hyper difficiles, donc j'ai de la misère à m'expliquer que le ministre soit insatisfait », affirme Catherine Harel-Bourdon. « Le ministre ne peut pas se défiler. C'est lui qui a autorisé les déficits. Elles ont dû démontrer qu'elles avaient tout fait ce qu'elles pouvaient », selon Josée Bouchard, la présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec.

Mais ce n'est pas assez selon le gouvernement, pour qui la rentrée scolaire cette année, lui permettra de fourbir ses armes en vue d'une réforme majeure des commissions scolaires, prévue cet automne. Selon les informations de TVA Nouvelles, il s'agira d'ailleurs de l'un des premiers projets de loi déposés en septembre.

-D'après un reportage de Véronique Prince

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.