/news/homepage

Trudeau impliquerait les villes et les provinces

Marijuana

S'il est élu premier ministre du Canada, le chef libéral Justin Trudeau demandera aux provinces et peut-être même aux municipalités de jouer un rôle dans le contrôle de la distribution de la marijuana.

De passage dans la Ville de Québec pour la première fois depuis le déclenchement de la campagne électorale, mercredi, le chef libéral a réitéré sans gêne, son intention de légaliser, contrôler et réglementer la marijuana.

Cette mesure devrait permettre de «ramener quelques impôts» au gouvernement fédéral, a d'abord affirmé M. Trudeau, lorsque questionné à ce sujet en entrevue dans les studios du FM93.

Advenant la légalisation de la marijuana par un gouvernement libéral, la revente ne passerait «pas nécessairement» par un monopole comme celui de la Société des alcools du Québec, a nuancé M. Trudeau.

«Les provinces et même jusqu'à un certain niveau les municipalités» auraient aussi un rôle à jouer dans le contrôle de la distribution de la marijuana, a expliqué le chef libéral, interpellé à nouveau sur cette question lors d'un point de presse organisé en marge d'un rassemblement militant à l'hôtel Le Bonne Entente.

Une approche inspirée «des meilleures pratiques»

Pour Justin Trudeau, il importe de rendre l'accès à la marijuana plus difficile pour nos jeunes et s'assurer que l'argent qui est lié à sa revente ne se retrouve plus sur le marché noir.

L'approche actuelle du gouvernement Harper sur la marijuana «finance les revendeurs d'armes illégales, les gangs de rues, le crime organisé», a déploré le chef libéral, qui entend inspirer son approche «des meilleures pratiques à travers le monde, que ce soit le Colorado ou ailleurs».

La vente du cannabis est autorisée à certains endroits au Colorado depuis le 1er janvier 2014.

L'État américain s'attend à ce que ses revenus tirés de la taxe sur la marijuana atteignent près de 100 millions de dollars par année à compter de 2016.

Un sondage commandé par la chaîne Global, il y a quelques jours, révélait qu'une majorité de Canadiens (65%) seraient en faveur de la décriminalisation de la marijuana.

Selon le sondage effectué par la firme IPSOS, c'est toutefois au Québec que l'appui est le plus faible, soit à 60%, comparativement à 74% en Colombie-Britannique.

Trudeau se défend d'être timide

Par ailleurs, parce qu'il promet d'investir 60 milliards de dollars en infrastructures à travers le Canada, Justin Trudeau s'est défendu d'être gêné de répondre aux demandes du maire de Québec, Régis Labeaume, qu'il a rencontré à l'hôtel de ville, mercredi.

Accusant les conservateurs de faire des «promesses électoralistes», le chef libéral considère qu'il appartient aux villes et aux provinces de prioriser leurs projets en temps et lieu, et au gouvernement fédéral d'être partenaire. Il reproche aux autres chefs de ne pas avoir pris la peine de rencontrer Régis Labeaume lors de leurs visites à Québec, depuis le début de la campagne électorale.

Après le maire de Québec, M. Trudeau rencontrera le maire de Montréal, Denis Coderre, jeudi.

Dans la même catégorie