/news/homepage

Néo-démocrates et libéraux partagent un plan similaire

Transports collectifs

Lise Millette

Après Justin Trudeau qui promettait la veille 20 milliards $ sur 10 ans pour le transport collectif, le NPD a renchéri vendredi avec son propre plan, lequel propose des investissements de 1,3 milliard $ par an au cours des 20 prochaines années.

Le plan néo-démocrate est plus étalé dans le temps, mais les deux partis politiques suggèrent une même approche, axée sur une plus grande collaboration avec les villes et les provinces dans le but d'agir comme des partenaires afin de satisfaire les besoins des communautés.

«Le NPD va collaborer avec tous les paliers de gouvernement pour connaître leurs priorités sans imposer de conditions idéologiques comme le recours obligatoire aux PPP que veut imposer le gouvernement conservateur», a illustré Thomas Mulcair.

Jeudi, Justin Trudeau abondait dans le même sens, en mentionnant que «le gouvernement fédéral ne sera plus un obstacle au développement», a-t-il déclaré, en ajoutant qu'il fera des provinces et des villes ses interlocutrices privilégiées, tant pour l'élaboration de leurs besoins que pour l'expertise qu'elles possèdent sur leurs propres territoires.

Les deux partis de l'opposition, qui aspirent à former le prochain gouvernement, estiment que les investissements dans les infrastructures sont essentiels au développement d'une économie forte et durable.

«Avec les conservateurs, c'est toute une décennie perdue, qui a fait exploser le déficit dans nos infrastructures à 172 milliards $. Nous augmenterons les transferts pour les routes, les ponts et les réseaux de transport en commun en injectant 1,5 milliard $ annuellement d'ici la fin du premier mandat», a soutenu Thomas Mulcair, à Edmonton, en Alberta.

Dans la même catégorie