/news/politics

Trudeau annulerait l'achat des F-35

Charles-A. Gagnon | Agence QMI

Le chef libéral Justin Trudeau s'est engagé dimanche à Halifax à ne pas doter les Forces armées canadiennes d'avions de combat F-35 si son parti prend le pouvoir le 19 octobre.

M. Trudeau a annoncé qu'un gouvernement libéral lancera un nouvel appel d'offres pour le remplacement des CF-18 afin d'acheter des appareils plus abordables.

Selon lui, un nouveau processus d'appel d'offres permettrait au gouvernement d'économiser «des dizaines de milliards de dollars au cours des prochaines décennies».

«Nous avons besoin d'un appareil qui protégera l'espace aérien nord-américain, et il existe un grand nombre d'excellents avions qui peuvent être des remplaçants crédibles aux CF-18, au lieu des F-35», a expliqué M. Trudeau.

 

(archives, agence QMI)

 

Le gouvernement Harper avait annoncé en 2010 son intention d'acheter 65 chasseurs F-35 au coût de 9 milliards de dollars sur 20 ans pour remplacer la flotte vieillissante de CF-18.

Le vérificateur général du Canada avait calculé dans un rapport publié en 2012 que le coût d'acquisition serait de 25 milliards de dollars sur deux décennies.

Le projet d'achat de chasseurs est retardé, notamment parce que les coûts totaux d'acquisition des F-35 s'élèveraient à environ 45 milliards de dollars sur l'ensemble de leur vie, soit quatre décennies, selon un rapport de la firme KPMG.

Justin Trudeau a aussi promis, dimanche, d'accroître et d'accélérer le renouvellement des équipements et des navires de la Marine royale canadienne.

«Le Canada est immensément chanceux d'avoir les plus longues bandes côtières de n'importe quel autre pays dans le monde. Les Canadiens s'attendent à juste titre que la Marine possède les outils adéquats pour protéger les côtes», a expliqué M. Trudeau.

S'ils sont élus, les libéraux procéderont à une révision de la Stratégie de défense du Canada pour voir ce qui doit être changé ou amélioré, a dit Justin Trudeau.

«Nous devons nous assurer que nous puissions apporter une contribution significative à la paix et à la sécurité dans le monde tout en protégeant la souveraineté canadienne», a signalé le leader libéral.

Justin Trudeau s'est aussi engagé à mettre fin à la mission de combat du Canada en Irak, et à faire des Forces canadiennes une entité «plus mince», laissant ainsi entendre une réduction du personnel administratif au sein de la Défense nationale. Il a cependant affirmé que le financement pour les Forces ne serait pas réduit.

«On parle d'avoir des Forces armées plus efficaces qui ont l'équipement nécessaire pour accomplir leurs tâches. On sait très bien qu'il y a énormément de poids administratif comparativement aux effectifs chez les soldats et des Forces armées qui font le travail sur le terrain et en situation de combat», a expliqué M. Trudeau.

Ailleurs au Canada

Le chef conservateur, Stephen Harper, qui faisait campagne à Windsor en Ontario dimanche, a indiqué que le Canada a besoin d'une capacité militaire aérienne dans ses missions comme celle que procurent les CF-18.

«Nous n'abandonnerons pas notre lutte contre le groupe armé État islamique, nous n'abandonnerons pas nos alliés, nous n'abandonnerons pas les gens dans cette région, nous n'abandonnerons pas ce type de capacité dans nos forces aériennes et nous n'abandonnerons pas notre industrie aérospatiale canadienne», a répliqué Stephen Harper.

Pour sa part, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a indiqué que le projet d'achat des F-35 par les conservateurs a été «un échec sur toute la ligne».

«Ils disent qu'ils n'ont rien dépensé en terme d'acquisition, mais le processus leur a coûté plus d'un milliard de dollars jusqu'à présent. Ce n'est pas de l'argent bien dépensé», a lancé M. Mulcair.

Ce dernier faisait campagne dimanche à Terre-Neuve-et-Labrador.

Incorrect or missing Brightcove Settings