/news/homepage

Harper revient à la charge sur le niqab

ENTREVUE EXCLUSIVE

Stephen Harper revient à la charge sur la question du niqab, dans une entrevue exclusive accordée à Pierre Bruneau, tout juste avant la tenue du premier débat des chefs en français, jeudi, et diffusée au TVA 17h.

«Quand les nouveaux citoyens prêtent serment, ils doivent le faire à visage découvert, c'est une question de respect pour nos valeurs fondamentales d'égalité et d'ouverture.»

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

S'agit-il d'un problème réel associé à l'identité canadienne? «Ce n'est pas acceptable de cacher son identité au moment où l'on joint la famille canadienne ni de dire que seulement des femmes doivent se couvrir le visage dans notre société moderne.»

Alors que le pape François rappelait, jeudi devant l'ONU, qu'on est tous des fils d'immigrants, le premier ministre défend l'approche de son parti en matière d'immigration. «Notre politique est généreuse et responsable. J'ai annoncé récemment un chiffre plus élevé pour les réfugiés, un processus plus rapide. Nous allons continuer notre mission militaire contre le soi-disant groupe État islamique, qui crée ces réfugiés.»

Soulignant que les autres partis proposaient d'ouvrir les «vannes» sur cette question, M. Harper mentionne que son gouvernement allait «accepter un nombre de 10 000 réfugiés pour l'année à venir, et c'est déjà en marche». À son avis, cela représente une «réponse compatissante et responsable» à cet important problème.

Pas de hausses de taxes et d'impôts

Sur le plan de l'économie, Stephen Harper a profité de son passage à Rivière-du-Loup, aujourd'hui, pour annoncer qu'un gouvernement conservateur, advenant sa réélection, ferait adopter une loi pour interdire les hausses de taxes et d'impôts au cours des quatre prochaines années.

«Nous devons en donner l'assurance à la population, insiste M. Harper. C'est notre politique depuis longtemps comme gouvernement conservateur. Pendant ce temps, les autres partis proposent des hausses de taxes et d'impôts très sévères, notamment de grosses augmentations des cotisations salariales pour les pensions, l'assurance-emploi.»

«Pour le NPD, quelqu'un qui gagne seulement 60 000$ par année devrait payer 1500$. La moitié des PME disent qu'elles vont couper des emplois avec des hausses de taxes comme celles-là», ajoute-t-il.

Quand Pierre Bruneau remet sur la table l'objectif des conservateurs de créer 1,3 million d'emplois au pays lors d'un prochain mandat, d'ici 2020, le premier ministre revient sur le bilan de son gouvernement.

«Depuis la crise financière mondiale, l'économie canadienne a créé 1,3 million d'emplois, dont 90% sont à temps plein et 80% dans le secteur privé. Les revenus de la classe moyenne augmentent, ce qui est différent pour les autres pays, et je pense qu'on peut continuer dans cette direction.

Bien sûr, l'économie mondiale reste fragile et on doit prendre de bonnes décisions en matière de taxes, d'impôts, de dépenses et de budgets équilibrés. Nous avons un plan efficace.»

Pont Champlain

D'autre part, les conservateurs maintiennent l'imposition d'un péage sur le pont Champlain, une position qui n'est pas très populaire dans la grande région de Montréal.

«Quand on fait un chantier comme celui-là, c'est normal qu'on demande une contribution modeste, c'est une politique de justice qui ne s'applique pas qu'à Montréal», insiste-t-il.

Même si les conservateurs ont connu leur part de difficultés au Québec, M. Harper se dit «convaincu que les Québécois vont voter pour protéger notre économie». Il aura sa réponse le 19 octobre prochain.

Incorrect or missing Brightcove Settings