/regional/montreal/montreal

La mafia montréalaise sur les dents

EXCLUSIF | Bureau d'enquête

Funérailles d'un jeune mafieux, cocktail Molotov lancé dans un bureau d'avocats criminalistes, mystérieuse rencontre de la nouvelle mafia montréalaise: trois événements survenus depuis quelques jours démontrent qu'il y a un sérieux problème de leadership au sein du crime organisé, selon des sources de notre Bureau d'enquête.

Le meurtre de l'apprenti mafieux Claudio Marco Campellone survenu le 18 septembre devant chez lui dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies, et dont c'était les funérailles hier, n'a rien fait pour arranger les choses.

Claudio Marco Campellone (Crédit photo: Journal de Montréal)

Idem pour le cocktail Molotov lancé au milieu de la nuit d'hier sur un immeuble abritant notamment les bureaux de Me Loris Cavaliere, qui a défendu les membres de la famille Rizzuto, ainsi que ceux de Leonardo et Bettina Rizzuto, deux avocats et enfants du défunt parrain Vito Rizzuto.

(Crédit photo: Agence QMI)

C'est d'ailleurs ce problème de leadership qui a motivé la tenue d'une rencontre tenue dans un endroit inusité et sécuritaire, le Café Holt de la boutique de vêtements huppée Holt Renfrew, de la rue Sherbrooke Ouest.

Parmi les invités, Stefano Sollecito, nouveau leader de la mafia dans la métropole et Gregory Woolley ancien bras droit de Maurice «Mom» Boucher et chef des Syndicates, un gang de rue dont la réputation de durs à cuire n'est plus à démontrer.

Il semble que les motards et les gangs de rues auraient plusieurs litiges à régler avec la plus haute strate de la mafia montréalaise.

Aux dires de nos informateurs, Sollecito et Woolley sont les deux principaux acteurs qui régissent l'équilibre fragile du crime organisé montréalais en faisant en sorte que chaque groupe - mafia, gangs de rue, motards, pègres de diverses nationalités - puisse mener à bien leurs entreprises criminelles sans trop de sang versé.

Gros noms

Autour de la table du Café Holt se trouvait aussi un autre cofondateur des Syndicates, Dany «Lou» Cadet-Sprince.

Chez les Italiens, on a pu apercevoir le bras droit du leader mafieux, Nicola «Nick» Spagnolo, ainsi que Leonardo Rizzuto, le fils du défunt parrain Vito.

Leonardo Rizzuto et Stefano Sollecito (Crédit photo: Journal de Montréal)

Pour compléter la table, il y avait Steve Vogel, qui serait le conjoint de la fille d'un vieil associé du clan Cotroni. Une présence qui a surpris les policiers.

Endroit sécuritaire

Tous étaient attablés sur l'heure du lunch au Café Holt, situé au sous-sol du magasin fondé en 1837. L'endroit est qualifié de neutre et sécuritaire par les participants.
Les derniers meurtres survenus auraient pesé dans le choix de l'endroit pour tenir cette réunion d'exception.

«Quand tu choisis des endroits publics, tu limites énormément la possibilité d'attentat», rapporte une source proche du milieu criminel. «Les gars ne sont pas assez fous pour commencer à tirer au Holt Renfrew.»

Crise de confiance

C'est au moins la troisième fois qu'un rassemblement de ce genre y a lieu. La police aurait d'ailleurs pris plusieurs photos de l'une de ces rencontres.

Les policiers spécialisés à qui nous avons parlé sous couvert d'anonymat affirment tous que c'est une véritable crise de confiance que traverse le crime organisé montréalais.

«Stefano Sollecito n'est pas un leader fort, il n'a pas le charisme d'un parrain, c'est difficile pour lui d'arbitrer les conflits», raconte l'un d'entre eux.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings