/news/law

Ghomeshi plaide non coupable

TVA Nouvelles

L'ancien animateur vedette de CBC Jian Ghomeshi a plaidé non coupable jeudi matin, au palais de justice de Toronto, aux quatre accusations d'agression sexuelle et à l'accusation d'étranglement qui pèsent contre lui.

L'homme de 48 ans a choisi d'être jugé par un juge seul lors de son procès qui doit débuter en février.

Jian Ghomeshi était accompagné lors de sa comparution de ses deux avocates, Marie Henein et Danielle Robitaille. Selon le Toronto Star, il est resté impassible lorsque les accusations ont été lues en cour.

L'ancien animateur de l'émission «Q» a été congédié le 26 octobre 2014 par CBC après avoir présenté à son employeur une vidéo destinée à démontrer que ses relations sexuelles, quoique brutales, étaient consentantes. La vidéo montrait des ecchymoses sur une femme qu'il avait rencontrée.

Il avait appris que des allégations de mauvais traitements à l'endroit de femmes allaient bientôt faire les manchettes des journaux et il avait décidé de prendre les devants en montrant à deux cadres de CBC ses pratiques sexuelles.

Le résultat avait cependant été contraire à l'effet recherché, puisque les deux dirigeants avaient fait savoir à leur patron que c'était «beaucoup plus gros que ce que nous n'avions jamais imaginé».

La police de Toronto a déposé ses accusations le 26 novembre 2014 et trois autres accusations d'agression sexuelle ont été ajoutées en janvier 2015.

La Couronne a toutefois abandonné en mai dernier deux accusations, estimant qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves dans ces deux cas pour démontrer la culpabilité de l'ex-vedette de CBC.

Les accusations restantes sont liées à des incidents survenus en 2002, 2003 et 2008 et impliquent quatre femmes, dont l'actrice Lucy DeCoutere.

Ghomeshi devra subir un procès séparé en juin, concernant un autre chef d'accusation d'agression sexuelle, parce que le crime s'est déroulé dans un «contexte factuel différent» a expliqué au «Toronto Star» le procureur de la Couronne, Mike Callaghan.

En raison de l'intérêt public et médiatique entourant cette affaire, le juge a fait savoir que le procès se déroulerait dans une plus grande salle, près de l'ancien hôtel de ville de Toronto, plutôt qu'au palais de justice College Park.

En vertu de ses conditions de libération sous caution, Jian Ghomeshi doit demeurer en Ontario et vivre chez sa mère.