/news/politics

La question du niqab enflamme les chefs

TVA Nouvelles

Pour revoir le «Face à Face 2015» en intégralité, cliquez ici.

Le débat sur le port du niqab lors des cérémonies d'assermentation de citoyenneté a déchaîné les passions des chefs lors du Face à Face 2015, vendredi soir.

La question a été abordée dans le cadre du troisième grand thème de la soirée, les politiques sociales et la gouvernance.

Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Stephen Harper, a fermement défendu sa décision de s'adresser à la Cour suprême pour interdire le port du niqab lors des cérémonies de citoyenneté. «Ça reflète nos valeurs, nous sommes une société ouverte et d'égalité, a-t-il déclaré. On ne doit pas cacher l'identité. C'est appuyé par la population.»

 

(Crédit photo: capture d'écran, TVA Nouvelles)

 

De son côté, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair a avoué être mal à l'aise face à cette question, mais il dit s'en remettre aux décisions des tribunaux. Il a reproché à Stephen Harper d'utiliser ce débat comme une «arme de destruction massive». Il s'est aussi attaqué au bilan du chef conservateur en matière de droit des femmes, notamment en ce qui a trait au droit à l'avortement et au dossier des disparitions des femmes autochtones. «Votre bilan va jusqu'au nombre de femmes candidates, a-t-il déclaré. Vous en avez 20 %, nous en avons 43 %!»

Pour sa part, le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, a proposé une autre approche auprès des femmes qui portent le niqab. «Quand on voit une personne qui porte un niqab, on devrait lui tendre la main, a-t-il dit. On devrait travailler pour l'intégrer. Il faut montrer qu'on est une société qui défend les droits individuels. La réalité, c'est que nous nous devons de nous concentrer sur ce qui nous unit.»

Finalement, le chef du Bloc québécois (BQ), Gilles Duceppe, s'est attaqué directement au chef du PC. «C'est une question d'hypocrisie, s'est-il exclamé! Pour le vote à visage découvert, il est contre! Pour les services à visage découvert, il est contre!»

Abolition du sénat

La question de l'abolition du sénat a aussi suscité de vives réactions. Stephen Harper a d'ailleurs été questionné par ses opposants au sujet du scandale des dépenses injustifiées. «Il n'y a pas d'argent perdu, il n'y a pas d'argent volé», a-t-il martelé.

Le chef du NPD en a profité pour s'attaquer au chef conservateur. «M. Harper a promis qu'il allait changer Ottawa, mais c'est Ottawa qui a changé M. Harper, a-t-il indiqué. Les Canadiens méritent mieux.»

Le chef du BQ, lui, a soutenu que la solution à cette crise passe carrément par la souveraineté du Québec. «La meilleure façon d'abolir le sénat et la monarchie [...], c'est que si le Québec était un pays souverain, on n'aurait pas ça.»

Fin du courrier à domicile

Les chefs ont aussi été invités à se prononcer sur la fin de la livraison du courrier à domicile. Alors que Stephen Harper a avoué «que de temps en temps, il faut prendre des décisions difficiles», le chef du BQ a indiqué qu'il souhaitait plutôt analyser toutes les possibilités avant d'abolir ce service.

 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings