/news/politics

Personne ne s'entend sur l'économie

TVA Nouvelles

Le premier thème du Face à Face sur l'économie et les finances publiques a fait place à des débats qui ont beaucoup tourné sur les crédits d'impôt et la création d'emploi.

Les chefs Thomas Mulcair, Justin Trudeau et Gilles Duceppe se sont mis à trois et ont vivement attaqué le bilan économique du premier ministre sortant, Stephen Harper.

Le chef du NPD a vanté son plan économique en mettant de l'avant ses engagements de plusieurs milliards de dollars, et ce, sans déficit. Selon lui, cela passe par l'imposition des grosses entreprises.

«On veut que ces entreprises commencent à payer leur juste part», a-t-il mentionné.

De son côté, le chef libéral croit que le choix d'équilibrer le budget n'est pas le bon.

«Vous faites le mauvais choix en voulant équilibrer le budget. Vous ne pouvez pas investir maintenant. Nous avons fait un autre choix, trois modestes déficits», a-t-il affirmé.

Le chef du NPD est revenu sur le passé du chef du PLC en lui disant à plusieurs reprises qu'il avait souvent voté pour les budgets du gouvernement de Stephen Harper, chose que lui n'avait jamais faite.

Comment créer 325 000 emplois?

Le chef conservateur croit que la création d'emploi ne doit pas être faite par le gouvernement, mais que le gouvernement doit créer des conditions. Selon lui, son plan fait avec des experts le permettra.

Pour le chef bloquiste, il est important de créer des emplois, notamment grâce à un plan d'infrastructures environnementales avec des investissements de 10 milliards.

Rien sans des investissements

Les chefs du PLC et du Bloc se sont rejoints à quelques reprises lorsqu'ils ont attaqué le chef du PLC sur les investissements que l'on doit faire au pays.

«Ce dont notre économie a besoin, c'est des investissements», a martelé Justin Trudeau.

L'assurance-emploi enflamme les chefs

Les esprits se sont échauffés au sujet de l'assurance-emploi alors que chacun essayait de trouver un moyen de rembourser les 57 milliards qui ont été empruntés.

«On ne peut plus se fier au système et à eux autres», a dit Thomas Mulcair en parlant du Parti conservateur et du Parti libéral.

Le chef libéral a quant à lui soutenu que son parti avait bien l'intention de réduire les cotisations, contrairement au NPD qui les «maintient plus hautes que nécessaire».

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings