/news/politics

Un débat enlevant

Dominique La Haye | Agence QMI

Pour revoir le «Face à Face 2015» en intégralité, cliquez ici.

Stephen Harper a été la cible principale de ses adversaires dans le dernier débat des chefs, qui a encore donné lieu à des échanges enflammés sur la question du niqab.

La marijuana, la gestion de l'offre, la sécurité, le registre des armes d'épaule et l'image du Canada dans le monde ont aussi donné lieu à de vifs échanges, lors du Face à Face organisé par le réseau TVA, vendredi soir.

Les esprits se sont échauffés sur la controverse entourant le niqab et la citoyenneté à visage découvert, forçant le chef du NPD, Thomas Mulcair, à clarifier une fois de plus sa position.

«C'est un sujet qui met beaucoup de monde mal à l'aise et ça se comprend. Moi aussi ça me met mal à l'aise, mais la réalité c'est que les tribunaux ont statué», a-t-il fait valoir, indiquant qu'une femme voilée doit s'identifier avant d'être assermentée.

 

(Crédit photo: Agence QMI)

 

Stephen Harper s'est pour sa part défendu d'opportunisme politique sur cet enjeu ayant fait surface en pleine campagne électorale. «Ça reflète nos valeurs», a-t-il dit.

«M. Harper a le culot de faire semblant que c'est une question pour lui de droit des femmes, mais si on regarde son bilan, ses députés ont rouvert à plusieurs reprises le débat sur l'avortement», a rétorqué le chef néo-démocrate.

Le chef libéral Justin Trudeau a aussi attaqué le premier ministre sortant sur la question des femmes et l'avortement.

Le duel a débuté par des tirs groupés des chefs néo-démocrate, libéral et bloquiste qui ont attaqué le bilan économique et environnemental du premier ministre sortant Stephen Harper, l'accusant d'avoir tout misé sur le pétrole.

«Vos politiques reposent sur le pétrole avant tout, vous ne comprenez pas que l'environnement et l'économie, ça va ensemble (..) La fiscalité est plus avantageuse au Canada qu'au Texas», a lancé Gilles Duceppe.

La question de la gestion de l'offre qui touche les agriculteurs du Québec a aussi refait surface, à la veille d'une possible entente sur un accord de libre-échange transpacifique. Le chef conservateur a rétorqué qu'il allait veiller aux intérêts du pays et défendre la gestion de l'offre, sans dire s'il allait le faire dans son «intégralité», lorsque pressé de questions par le chef bloquiste et Thomas Mulcair.

Le débat a aussi donné lieu a un fait cocasse, alors que M. Trudeau s'est adressé à M. Duceppe en l'appelant «mon amour», puis se reprenant avec «mon ami».

Incorrect or missing Brightcove Settings