/news/law

Les enfants tués pour «faire chier» leur mère

Michaël Nguyen | Agence QMI

Guy Turcotte a affirmé avoir tué ses propres enfants pour «faire chier» sa femme qui l'avait quitté, ‎selon le témoignage d'une infirmière au procès de l'ex-cardiologue.

«Il m'a dit qu'il voulait la faire chier en lui enlevant ce qu'elle avait de plus précieux au monde, et ce sont les enfants», a expliqué l'infirmière Chantal Duhamel, sous l'air ébahi de Turcotte dans le box des accusés.

 

(Agence QMI)

 

L'infirmière témoignait sur sa renc‎ontre avec Turcotte, à l'hôpital de Saint-Jérôme le 21 février 2009, soit le lendemain du drame où il avait poignardé à 46 reprises Anne-Sophie et Olivier, 3 et 5 ans. Turcotte, qui se serait volontairement intoxiqué, avait été traité d'urgence contre son gré.

Et plus encore, Turcotte aurait demandé à l'infirmière de faire passer le message à la mère des victimes, Isabelle Gaston‎.

«Je ne l'ai pas fait», a toutefois précisé la témoin. ‎

Personnel sous le choc

Plus tôt ce mardi, une ur‎gentologue a raconté sa grande surprise lorsqu'elle avait appris qu'elle allait devoir traiter son collègue, arrêté pour avoir tué ses enfants.

«C'était un choc, j'ai eu un petit moment de déni, quand il y a un meurtre on ne veut pas que ce soit quelqu'un qu'on connaît, je me suis dit "s'il vous plaît dites-moi qu'il a un frère jumeau"», a expliqué la Dre Marie-Pierre Chartrand.

 

Isabelle Gaston (Agence QMI)

 

La docteure était en poste aux urgences de l'hôpital de Saint-Jérôme le 21 février 2009, lorsque Turcotte a été emmené par les policiers.

«On avait l'information qu'il avait dit s'être intoxiqué volontairement», a relaté l'urgentologue.
Le personnel hospitalier n'avait toutefois pas l'identité du patient, et ce n'est que quand il est entré dans une salle fermée que tout le monde a reconnu l'ex-cardiologue.

Selon la docteure, Turcotte était dans un état suicidaire et en «détresse psychologique évidente». Il demandait à ne pas être traité, mais sa demande a été refusée, compte tenu des circonstances.

«Il n'avait pas de propos franchement délirants, il était en état de comprendre», a expliqué la témoin.
Turcotte était si conscient que la Dre Chartrand croit même que son patient avait tenté de manipuler le personnel médical. C'est pour cela qu'il a ensuite été transféré dans un autre hôpital.

«C'était trop lourd émotivement, a ajouté la médecin au jury. ‎(Turcotte) était respecté, on connaissait Isabelle Gaston (la mère des victimes), j'ai déjà vu quelques fois (Anne-Sophie et Olivier).»

Rappelons que Turcotte fait face à deux chefs de meurtre prémédité, pour avoir poignardé à 46 reprises ses enfants dans la maison de Piedmont qu'il louait après que sa femme à l'époque eut mis fin à leur relation.‎

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie