/news/homepage

Des scientifiques dénoncent Stephen Harper

Déversement des eaux usées

Les chercheurs de l'Institut national d'écotoxicologie du Saint-Laurent s'indignent de la position du gouvernement fédéral dans le dossier du déversement des eaux usées.

«Ils disent une chose, ils font le contraire, déplore Pierre Béland, directeur de l'Institut. Ou bien ils disent une chose, ils font l'inverse.»

Pierre Béland (Crédit photo: capture d'écran, TVA Nouvelles)

M. Béland est à la tête d'un centre de recherche qui étudie l'impact de la pollution sur le fleuve Saint-Laurent. Selon lui, ce sont les conservateurs qui ont rendu difficile, voire impossible, l'évaluation des impacts du déversement des eaux usées.

«Il y a eu tellement de coupures, dans des laboratoires fédéraux en particulier, que je doute qu'on puisse avoir la capacité de faire ce travail-là de la même façon qu'il y a 10 ou 15 ans», dit-il.

Il pointe notamment du doigt les coupes budgétaires imposées par le gouvernement Harper. Des coupes évaluées à 188 millions de dollars depuis 2012, chez Pêches et océans Canada.

«Il y a des coupures partout en recherche, alors certainement, oui, dans le Saint-Laurent aussi, il y a eu des coupures, particulièrement, dans le domaine de l'écotoxicologie», soutient-il.

(Crédit photo: capture d'écran, TVA Nouvelles)

Les récentes coupes ont particulièrement touché les recherches scientifiques sur le fleuve Saint-Laurent, estime ce spécialiste.

«Est-ce que, quand on coupe, on peut faire les mêmes choses qu'avant? C'est sûr que non, avance M. Béland. Si on coupe dans les laboratoires, auprès des scientifiques, dans leur capacité à suivre et à faire une étude, c'est évident qu'on ne pourra pas faire une étude d'impact.»

Une enquête présentée à l'émission J.E. a permis de constater que le poisson du fleuve Saint-Laurent est parfaitement comestible, parfois même moins contaminé que celui du supermarché. Pour éviter que la situation ne change, Pierre Béland estime que des laboratoires étrangers devraient être mis à profit.

«On est obligés de faire faire nos études par des gens de l'extérieur parce qu'on a coupé partout, ajoute-t-il. Oui, je suis inquiet!»

Ces affirmations sont toutefois réfutées par le Parti conservateur du Canada.

«Environnement Canada est très active en lien avec la qualité de l'eau du Saint-Laurent et a le financement nécessaire et la responsabilité de veiller, a expliqué un porte-parole du parti dans une déclaration écrite. Les milliers de stations d'observation hydrologique surveillent les étendues d'eau pour connaître les changements de niveaux et de polluants.»

Le gouvernement fédéral réitère qu'il est très préoccupé par la décision de la Ville de Montréal qui, elle, attend l'autorisation d'Environnement Canada. Cette décision doit d'ailleurs être rendue ce mercredi.

(Crédit photo: capture d'écran, TVA Nouvelles)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.