/news/homepage

Le propriétaire du Quartier de lune est consterné

Incendie dans le quartier Montcalm

Sarah Boucher

 Le propriétaire du bar le Quartier de lune est complètement abattu, à la suite de l'incendie qui a causé d'importants dommages mercredi à l'édifice abritant son commerce du chemin Sainte-Foy, dans le quartier Montcalm.

«Je suis perdu», a confié Milan Borovnica au Journal de Québec, regardant tristement son commerce partir en fumée.

L'homme allait bientôt accepter une offre de 400 000 $ pour l'achat de son bar. Le chanteur québécois Éric Lapointe aurait entre autres fait une offre d'achat. «Il aurait organisé plus de spectacles, il y aurait eu une programmation avec des spectacles de chanteurs de La Voix», a expliqué M. Borovnica.

(Courtoisie, compte Twitter des Pompiers de Québec)

L'homme a démarré le Quartier de lune il y a de cela plus de 20 ans. «J'ai ouvert ça, c'était un local vide, mais depuis ce temps-là on a fait beaucoup de changements. C'était mon bébé», s'est-il désolé. M. Borovnica a également souligné que la clientèle était très «fidèle», certains fréquentaient même l'institution depuis les touts débuts.

Violent incendie

Le violent incendie s'est déclaré tôt mercredi matin dans la toiture de l'immeuble situé au coin du chemin Sainte-Foy et de la rue Cartier.

Les pompiers ont reçu un appel d'un voisin vers 5 h 30 concernant des flammes et de la fumée qui s'élevaient de la toiture de l'immeuble du 95, chemin Sainte-Foy, au coin de l'avenue Cartier.

(Courtoisie, compte Twitter des Pompiers de Québec)

L'immeuble abrite au rez-de-chaussée le restaurant Fleur d'Asie et le bar le Quartier de lune à l'étage. L'incendie se serait déclaré dans la structure du toit.

Les immeubles environnants ont été évacués, a rassuré Jean-François Daigle, porte-parole des pompiers de Québec, qui a souligné que l'opération était complexe étant donné les nombreuses rénovations qu'a subies l'immeuble, qui a été construit en 1902.

Une soixantaine de pompiers ont été dépêchés sur les lieux afin d'éteindre le brasier, qui était toujours en cours mercredi. Les sapeurs ont concentré leurs efforts afin que le brasier ne se propage pas à l'immeuble résidentiel adjacent, qui a été construit il y a peu de temps. Seuls certains appartements ont subi des dommages mineurs durant l'intervention.

Trois pompiers auraient été blessés. Bien que l'on ignore la gravité de leurs blessures, ils auraient toujours été conscients lors de leur transport à l'hôpital.

Opération complexe

Vers 8 h 30, les pompiers venaient de pénétrer à l'intérieur de l'édifice et étaient en train de réaliser l'extinction finale de l'incendie.

Deux heures plus tard, l'incendie n'était toujours pas complètement maîtrisé, vu la complexité de l'opération. «Actuellement, nous en sommes à éteindre les derniers feux d'incendie et ouvrir le bâtiment pour laisser échapper la fumée, a expliqué M. Daigle. La problématique c'est que la toiture et les planchers sont instables. On ne peut plus pénétrer, donc nous allons devoir travailler plus de l'extérieur».

Les dommages causés à l'édifice sont très importants. Les deuxième et troisième étages ont fortement été touchés, alors que la structure du toit est pratiquement complètement détruite.

Les enquêteurs sont sur place afin de déterminer les causes de l'incendie. Aucune hypothèse n'est écartée, selon le porte-parole des pompiers.

À l'école secondaire Joseph-François-Perrault, située face à l'immeuble en question, les cours ont été suspendus mercredi. Le point de service du CLSC de la Haute-Ville, situé tout près, a également annoncé la fermeture de ses portes pour la journée.

Les résidents des immeubles environnants ont été pris en charge par la Croix-Rouge et un autobus du Réseau de transport de la capitale a été mis à leur disposition.