/news/homepage

Ottawa mandate un panel d'experts pour étudier les risques

TVA Nouvelles

Environnement Canada a dévoilé dimanche les noms des trois scientifiques qui examineront le projet de déversement d'eaux d'égout non traitées que souhaite relâcher la Ville de Montréal dans le fleuve Saint-Laurent.

La ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a précisé que ces experts indépendants fourniront les analyses requises avant de statuer sur la nécessité, ou non, de déverser ces huit milliards de litres d'eaux brutes dans l'environnement.

Leur rapport est attendu le 2 novembre.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, estime qu'en dépit des impacts potentiels, les conséquences seraient moindres à ce moment-ci de l'année.

 

(archives, agence QMI)

 

Il a aussi avancé à maintes reprises que cette option est la seule dont dispose la ville pour purger les eaux accumulées.

Dans cette démarche, il est appuyé du ministre de l'Environnement du Québec, David Heurtel, qui s'est rangé aux arguments du maire, appuyés de divers documents.

Ottawa a toutefois imposé un veto, en émettant un arrêté ministériel qui interdit à Montréal de procéder.

La ministre estime qu'il lui est impossible de «confirmer si les eaux usées non traitées qui doivent être rejetées auront un degré de toxicité aigu», a-t-elle précisé par communiqué.

Les experts choisis sont: Robert Hausler, professeur à l'École de technologie supérieure (ETS), Viviane Yargeau, professeure agrégée et ingénieure, Département de génie chimique de l'Université McGill et Daniel Cyr, professeur à l'INRS-Institut Armand-Frappier (Université du Québec).

En plus d'évaluer les risques du déversement, ces trois professeurs devront aussi déterminer s'il existe des solutions autres au déversement.

Leurs conclusions devraient être fournies d'ici le 2 novembre, en fin de journée, et ce conformément à la restriction imposée à Montréal qui prendra fin ce jour-là.

Le maire Denis Coderre a pesté contre cette décision du gouvernement, affirmant que la ville avait informé Environnement Canada dès septembre 2014. Il estime qu'Ottawa récupère cet enjeu, en pleine campagne électorale.

Denis Coderre a d'ailleurs invité les citoyens à voter contre le gouvernement conservateur, le 19 octobre.