/news/politics

Le cabinet formé le 4 novembre

TVA Nouvelles

Justin Trudeau annoncera la formation de son cabinet le mercredi 4 novembre prochain.

Il a précisé qu'il le composerait d'autant de femmes que d'hommes, tel qu'il l'avait promis durant la campagne électorale.

«Juste à regarder les femmes extraordinaires qui se sont fait élire pour le Parti libéral à travers le Canada pour souligner que ça va être un cabinet avec la parité hommes femmes. Par rapport au Québec, je suis, en tant que Québécois, profondément touché d'avoir vu à quel point les Québécois ont choisi de se réengager au sein d'un gouvernement du Canada et ce sera réfléter au sein du conseil des ministres aussi», a annoncé Justin Trudeau.

Dans ce premier point de presse en tant que premier ministre du Canada, il a remercié les Canadiens d'avoir choisi les candidats libéraux, en élisant 184 d'une côte à l'autre.

Questionné sur son sentiment par rapport à cette nomination à la tête du pays, à savoir s'il pensait à son père, il a répondu qu'à son entrée au Parlement, en 2008, alors que les électeurs de Papineau le choisissaient pour la première fois, il a pensé à son père, et son grand-père, mais aujourd'hui, ses pensées vont à ses enfants et à l'avenir du Canada. «Je comprends que le travail que j'ai à faire est ancré dans les besoins actuels et futurs et je pense que c'est ce que mon père aurait voulu de moi», a-t-il terminé.

 

Justin Trudeau s'avance vers le Parlement à Ottawa pour la toute première fois en tant que premier ministre. (Reuters)

 

Un avenir proche

Plusieurs conférences internationales sont déjà à l'agenda du premier ministre. La première, la conférence sur le climat à Paris qui s'entame le 30 novembre. C'est dans un mois et les attentes de la communauté internationale envers le Canada sont élevées. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon dit espérer que le gouvernement canadien élu hier joue un rôle déterminant dans l'atteinte des objectifs qui seront fixés à cette rencontre.

«Je me suis engagé à assister à la conférence sur le climat à Paris et je serai également au sommet du G20 en Turquie. Nous avons des engagements importants à réitérer sur la scène internationale», a précisé le nouveau premier ministre, impatient de s'impliquer dans les décisions qui affecteront le futur des Canadiens.

«Il y a une heure, j'ai parlé avec le président Obama, nous avons parlé du groupe État islamique. Il faut comprendre le rôle important du Canada dans cette lutte, mais il a compris notre engagement de nous retirer de ces frappes aériennes», a annoncé Justin Trudeau. Il a été questionné sur l'engagement de retirer les CF-18 des zones aériennes de combat et de cesser les frappes. Il a tenu à rassurer la population que le processus venait d'être enclenché, précisant que lui et son équipe allaient tout faire pour que la transition s'opère délicatement.

Les premières heures de Justin Trudeau en tant que premier ministre élu ont été fort chargées au chapitre des relations internationales. En plus de s'entretenir avec le président américain, M. Trudeau a discuté avec le président mexicain, Enrique Peña Nieto, le premier ministre britannique, David Cameron, le président français, François Hollande, et le premier ministre de l'Italie, Matteo Renzi.

Près des Canadiens

Justin Trudeau a affirmé qu'il comptait continuer son travail sur le terrain, qu'aller à la rencontre des citoyens était pour lui toujours une priorité. Ce matin, il s'est rendu sans préavis à la station de métro Jarry, remercier les électeurs de Papineau. Une initiative qu'il compte répéter, dans différentes circonstances.

Un des journalistes présents à la conférence de presse a demandé à Justin Trudeau s'il avait officiellement donné l'ordre que les agents de sécurité se tiennent plus à l'écart: «Une des choses que j'ai démontré tout au long de ma carrière politique, mais surtout pendant cette campagne et les années depuis que je suis chef, c'est que, pour moi, être en contact avec les Canadiens, les entendre, les rencontrer, les écouter est une grande priorité pour moi», a-t-il expliqué, en ajoutant qu'il ne fournirait pas de détails sur les demandes qui ont été faites auprès de son équipe de sécurité.