/regional/montreal/monteregie

Le premier suspect pourrait enfin être accusé

Pour signer la pétition «Pour que le statut de victime soit automatiquement reconnu aux parents d'enfants assassinés (IVAC)», cliquez ici:

Le Service police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) tente à nouveau de faire accuser le suspect du meurtre de Jenique Dalcourt un an après la sordide agression. En catimini, les enquêteurs ont soumis le dossier pour une deuxième fois au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Selon les informations recueillies par notre Bureau d'enquête, les procureurs de la Couronne du palais de justice de Longueuil ont reçu des preuves supplémentaires le 15 octobre dernier.

Celles-ci pourraient, espère la police, permettre de traduire en justice le jeune homme de 26 ans que les enquêteurs soupçonnent d'avoir tué Jenique Dalcourt.

 

(Crédit photo: Archives Agence QMI)

 

Le porte-parole du DPCP, Jean-Pascal Boucher a refusé de confirmer l'information tout comme la police de Longueuil.

La jeune femme de 23 ans a été battue à mort le 22 octobre dernier sur une piste cyclable mal éclairée de l'arrondissement du Vieux-Longueuil.

Après avoir été arrêté puis relâché dans les heures suivant le drame, le présumé meurtrier avait finalement été repris par la police cinq jours après les faits et amené devant le tribunal pour y être accusé.

Cependant, les procureurs de la Couronne avaient été contraints de libérer le prévenu en raison, disait-on à l'époque, d'un manque de preuve. L'affaire avait soulevé l'indignation du public et de la famille de Jenique.

Saisie prolongée

Selon nos informations, les enquêteurs se sont également adressés au tribunal afin d'obtenir que les objets saisis chez le suspect restent confisqués pour une période de 60 jours.

Certains de ces objets qui pourraient devenir bientôt des pièces à conviction ont fait l'objet d'analyse laboratoires extrêmement poussés.

Plaque à sa mémoire

Ce meurtre impuni est encore le sujet de beaucoup de discussion dans la paisible banlieue longueuilloise.

Après avoir annoncé les résultats d'une vaste consultation afin de rendre les rues de la ville plus sécuritaires, une plaque commémorant la sauvage agression dont a été victime Jenique Dalcourt sera dévoilée à l'endroit même où elle a été assassinée.

Il s'agit d'un espace de recueillement à sa mémoire à celles de toutes les femmes victimes de violence. L'émission «J.E.» consacrera également toute son émission de dimanche à cette affaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.