/news/law

Turcotte craque en racontant la mort d'Olivier

Michaël Nguyen

Guy Turcotte a fondu en larmes en plein tribunal, alors qu'il racontait ses souvenirs de la mort de son fils de cinq ans Olivier.

Si bien que le juge a dû ordonner une pause afin de laisser le temps à l'accusé de reprendre ses esprits.

«Je suis dans la chambre d'Olivier... Je suis à côté du lit... J'ai un couteau dans les mains... Je rentre le couteau...», a expliqué l'ex-cardiologue, ce mardi à son procès pour les meurtres de ses deux enfants.

Alors que Turcotte était incapable de continuer son témoignage entrecoupé de pleurs et des sanglots, le juge André Vincent a ordonné une courte suspension des audiences.

Plus tôt, Turcotte, qui plaide la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, a juré qu'il ne se souvenait pas de toute la trame des événements du soir du 20 février 2009, lorsqu'il a poignardé à 46 reprises Anne-Sophie et Olivier, ses enfants âgés de trois et cinq ans.

C'est tout un contraste avec sa mémoire très précise sur pratiquement tous les événements survenus dans les semaines précédentes, qu'il a qualifiés «d'infernaux» à cause de ses chicanes avec sa femme Isabelle Gaston qui l'avait quitté pour un autre homme.

 

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

 

Suicide

Le soir des événements tragiques, Turcotte a raconté avoir regardé un film avec ses enfants avant de les coucher. Et plutôt que de regarder un autre film, il a navigué sur internet, pour lire des correspondances entre Mme Gaston et son nouveau compagnon.

«Je n'avais jamais vécu ce type d'amour là», s'est plaint l'ex-cardiologue.

C'est alors qu'il a pensé au suicide, a-t-il dit. Après des recherches, il a jeté son dévolu sur de l'antigel.

«Je ne voyais rien autour de moi, je voulais mourir, mourir, mourir, a-t-il lancé au jury. Je voulais que la douleur arrête, je voulais mourir.»

L'accusé dit ne pas se rappeler avec précision de la suite. Il dit se souvenir de se trouver à l'étage, un bidon de lave-glace dans une main et un verre dans l'autre.

«J'en verse, j'en cale, j'en verse, j'en cale, a assuré Turcotte. À un moment je suis plein, j'ai l'impression d'avoir bu beaucoup.»

C'est après qu'il dit s'être vu en train de mourir, sur son lit.

«Je vois alors mes enfants qui me voient mort, et je me dis "merde, mes enfants", a expliqué Turcotte difficilement. C'est à ce moment que je me suis dit "je vais les emmener avec moi, il faut qu'ils viennent avec moi dans la mort".»

Le témoignage de Turcotte se poursuit mardi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Dans la même catégorie