/news/law

Guy Turcotte fuyait ses émotions après le drame

Michaël Nguyen | Agence QMI

Après avoir tué ses enfants, Guy Turcotte faisait tout pour fuir ses émotions, quitte à lire sur l'art précolombien et l'histoire chinoise, a témoigné lundi son psychiatre traitant.

«Je suis passé maître dans l'art de l'évitement», aurait même confié l'ex-cardiologue au Dr Jacques Talbot, lors d'une de leurs rencontres à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal.

En plus de ces lectures, Turcotte retranscrivait des chansons qui lui venaient en tête et il faisait du yoga, a expliqué le psychiatre au jury.

«C'est un mécanisme de défense dans lequel on préfère ne pas penser à des choses trop lourdes», selon le témoin appelé à la barre par la défense.

Turcotte, qui vise à être déclaré non criminellement responsable des meurtres de ses enfants de trois et cinq ans, Anne-Sophie et Olivier, refoulait ainsi ses émotions la plupart du temps, selon le Dr Talbot.

«J'ai toujours perçu qu'il était authentique (...), je ne pense pas que sa défense d'évitement soit utilisée pour le servir (dans le processus judiciaire)», a souligné le témoin.

 


Guy Turcotte (Crédit photo: archives, Agence QMI)

 

 

Trouble d'adaptation

 

Durant ses 152 jours à Pinel juste après le drame du 20 février 2009, Turcotte a parfois manifesté de la colère, entre autres contre son ex-conjointe Isabelle Gaston qui l'avait quitté pour un autre homme avant le drame.

Il a aussi mentionné sa «souffrance», affirmant qu'il «la méritait».

Selon le Dr Talbot, Guy Turcotte souffrait ainsi de «trouble d'adaptation avec humeur anxieuse et dépressive» causée principalement par la mort de ses enfants, mais aussi par sa rupture avec Mme Gaston.

Les gens qui se suicident souffrent souvent de cette maladie, mais des gens qui continuent de travailler peuvent aussi en souffrir, a précisé le témoin.

Notons que le Dr Talbot ne s'est pas penché sur la responsabilité criminelle de son patient. Il a seulement été son psychiatre traitant, a-t-il dit.

«Je ne connais pas la preuve», a d'ailleurs précisé le Dr Talbot.

Le procès fait relâche mardi. Il reprendra mercredi.