/news/law

Turcotte «incapable de formuler une intention de tuer»

Michaël Nguyen

Guy Turcotte était incapable de formuler une intention de tuer lorsqu'il a poignardé à 46 reprises ses propres enfants, est convaincue une psychiatre de la défense.

«À notre avis, son jugement était très sévèrement perturbé et sa logique défectueuse, l'empêchant par le fait même d'avoir pleine conscience des gestes qu'il s'apprêtait à commettre», a affirmé jeudi la Dre Dominique Bourget, au procès de l'ex-cardiologue.

L'experte en psychiatrie légale mandatée par la défense a affirmé que l'accusé souffrait de trouble de l'adaptation avec humeur anxieuse et dépressive quand il a tué Anne-Sophie et Olivier, en février 2009, soit après sa séparation avec sa femme qui l'avait quitté pour un autre homme.

«Pour lui, ce n'était pas de tuer ses enfants, mais de les amener avec lui (dans la mort), c'est une erreur de logique», a ajouté le témoin en affirmant que Turcotte était «déconnecté» à cause de son désir pathologique de se suicider.

Le diagnostic de la psychiatre est crucial pour la défense, puisque Turcotte plaidera la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. L'intention de tuer est également importante, puisqu'il s'agit d'une des questions auxquelles les jurés devront répondre pour en arriver à un verdict.

Turcotte, qui affirme n'avoir que des souvenirs en «flash» du drame, s'était toutefois souvenu avoir bu du lave-glace avant et après la mort de ses enfants. Cet élément s'inscrit dans la maladie mentale de l'accusé, selon la psychiatre.

Son témoignage se poursuit, au palais de justice de Saint-Jérôme.