/regional/montreal/montreal

Vivre avec la peur de croiser son agresseur

Un peu plus de trois ans après avoir été grièvement brûlée à l'acide, Tanya St Arnauld s'apprête à vivre un autre cauchemar: la sortie de prison de son agresseur.

Son ex-copain, Nikolas Stefanatos, doit en effet sortir de prison le 5 novembre prochain après avoir passé près de 11 mois derrière les barreaux depuis sa condamnation.

 

TVA Nouvelles

(TVA Nouvelles)

 

Le 28 août 2012, Stefanatos avait agressé Tanya St Arnauld en lui lançant un produit corrosif utilisé pour déboucher les tuyaux alors que le couple dans l'entrée de leur logement de Longueuil.

La jeune femme avait été brûlée sur près de 20% de son corps et avait été hospitalisée pendant de longues semaines avant de subir des traitements aux États-Unis.

Maintenant mère de famille, Mme St Arnauld craint maintenant de recroiser son agresseur.

««C'est tellement petit la Terre... Je ne dors pas la nuit parce que je me dis si "je vais à l'épicerie, dans le voisinage"», a-t-elle expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

 

TVA Nouvelles

(TVA Nouvelles)

 

«Après presque trois ans et demi, tu te rends compte que la personne qui t'a presque mise à mort, qui t'a causé le plus de souffrance que tu as jamais connue dans ta vie va être libre», a-t-elle dit.

«Je n'ai jamais eu l'opportunité de reparler avec face à face vu qu'il a été arrêté la nuit du drame (...) Mais je ne le voudrais pas non plus.»

Mettre un visage sur son agresseur

Tanya St Arnauld tient à témoigner pour que la population puisse mettre un visage sur son agresseur.

La femme de 32 ans vit toujours avec un syndrome de stress post-traumatique et est régulièrement suivie par un psychiatre.

«C'est sûr que si voyez Stefanatos proche de moi, ce ne sera pas de bon cœur. Vous pouvez appeler le 911 ça va être super, sinon priez pour moi, pour que tout se passe mieux que prévu», a-t-elle tenu à prévenir.

Nikolas Stefanatos avait été condamné le 3 décembre dernier à 57 mois de prison. Il avait déjà purgé une partie de sa peine en tant que prévenu et est maintenant libéré avant les 16 mois qui lui restait à faire.

La juge responsable de l'affaire lui a imposé une probation de trois ans qui implique notamment une thérapie pour traiter sa toxicomanie, son alcoolisme et une interdiction d'approcher sa victime.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.