/news/law

La Couronne remet en question la pertinence d'un témoin

Michaël Nguyen

La Couronne a questionné ce mardi la pertinence de faire entendre un des médecins ayant traité Guy Turcotte après qu'il eut tué ses deux enfants.

«Je ne sais pas où on s'en va, je ne vois pas la pertinence (du témoignage), a fait savoir Me René Verret de la poursuite, mardi, au procès pour meurtre de l'ex-cardiologue.

Depuis ce matin, un médecin de l'hôpital Sacré-Cœur à Montréal est en effet à la barre des témoins pour la défense. Le Dr Pierre Marcelais avait traité Turcotte pour une intoxication au méthanol, le lendemain du drame en février 2009.

C'est qu'avant et après avoir poignardé 46 fois Anne-Sophie et Olivier, trois et cinq ans, Turcotte affirme avoir bu du lave-glace (qui contient du méthanol) pour se suicider. Les quantités ingérées sont toutefois inconnues, tout comme les moments précis où il dit en avoir bu.

Avec des termes très techniques, il explique au jury les traitements administrés à l'accusé lors de son arrivée à son hôpital. Avant cela, Turcotte avait été traité à l'hôpital de Saint-Jérôme.

«On a pu voir une détérioration de son état de conscience, mais ça pourrait être imputable à l'injection d'éthanol (le contrepoison du méthanol)», a expliqué le Dr Marcelais.

Or, d'autres témoins avant le Dr Marcelais ont déjà expliqué que, malgré tous les taux d'intoxication relevés à l'hôpital, il est quasiment impossible de calculer la quantité que l'accusé aurait ingérée.

TVA Nouvelles

Le Dr Pierre Marcelais a traité Guy Turcotte pour une intoxication au méthanol, le lendemain du drame en février 2009. (Photo TVA Nouvelles)

Le juge André Vincent a estimé que le témoignage du Dr Marcelais avait une certaine pertinence, puisqu'il a rejeté l'objection de la Couronne, laissant ainsi le médecin poursuivre son témoignage.

Turcotte, qui a admis avoir tué ses enfants, plaidera la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Son état d'esprit, au moment du drame, est un élément crucial que le jury devra considérer lorsque viendra le temps de rendre son verdict.

Le témoignage du Dr Marcelais a été suspendu jusqu'à demai‎n à la demande tant de la défense que la Couronne.

C'est donc un psychiatre qui a évalué Turcotte, le Dr Louis Morissette, qui s'est avancé la barre, et qui témoignera cet après-midi au palais de justice de Saint-Jérôme.