/finance/homepage

Premier Aviation dans l’incertitude

L’atelier Premier Aviation de Trois-Rivières est plongé dans l’incertitude. La Cour d'appel du Québec ordonne à son client Air Canada de reprendre à Montréal l’entretien de ses appareils.

Depuis la fermeture d’Aveos en 2012 Premier Aviation a hérité d’une part de l'entretien des avions d’Air Canada. L’an dernier, le transporteur canadien a conclu un accord d’une durée de cinq ans avec Premier Aviation en lui confiant principalement les modèles Embraer de sa flotte.

«Ça nous concerne», a reconnu l’entreprise trifluvienne qui n’avait toutefois pas encore pris connaissance du jugement.

Le directeur de la maintenance Stéphane Rochette dit espérer «que ça n’aura pas d’impact négatif. On aime avoir Air Canada comme client à Trois-Rivières».

Le transporteur a confié l’entretien de ses appareils non seulement au sous-traitant trifluvien, mais à d’autres du côté des États-Unis et d'Israël.

À Trois-Rivières, Premier Aviation donne du travail à 380 personnes.