/news/society

Une école vraiment pas adaptée pour ses élèves

Les locaux d'une école de Montréal qui accueille des déficients intellectuels sont mal adaptés, au point où il y a des risques pour ceux qui la fréquentent. La direction demande l'aide de Québec depuis plusieurs années, mais elle n'a jamais eu de réponse.

L'école Irénée-Lussier accueille 230 élèves, dont la moitié d'entre eux sont autistes et ne pourraient jamais faire partie d'une classe régulière.

«Le gouvernement n'a aucun respect pour nos jeunes à nous. Puisqu'ils ne peuvent pas parler, très faciles de les tasser», déplore Vania Aguiar, présidente du comité de parents.

Ces locaux pourraient convenir à des étudiants réguliers, mais ils ne sont pas sécuritaires pour bien des jeunes aux besoins particuliers.

«Ça demande donc des aménagements physiques qui demandent, qui exigent de l'espace. Un élève autiste, c'est un élève qui a besoin d'avoir son espace autour de lui pour être disponible», ajoute la directrice Catherline Lachaine.

Si, pour certains élèves, c'est quand même simple de descendre l'escalier, pour d'autres, c'est beaucoup plus compliqué. Dans un des escaliers, chaque marche est plus étroite et il est plus à pic qu'ailleurs dans l'école. Il y a d'ailleurs eu deux chutes la semaine dernière seulement.

«Il y a beaucoup d'escaliers. Et l'école, c'est un labyrinthe. Donc, c'est difficile pour nous de se retrouver. Imaginez les jeunes», poursuit Mme Lachaine.

On va essayer de reproduire un petit peu ce qui s'est passé tantôt, avec cinq intervenants et un jeune, dans la salle de bain. Donc, on va tous y aller.

Le ministre François Blais aurait promis à Mme Aguiar récemment de venir à l'école. Reste à voir si cette fois sera la bonne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.