/news/world

Le fil des évènements

Agence France-Presse

Au moins 129 morts et 352 blessés à Paris et dans sa proche banlieue, l'état d'urgence instauré, la revendication par l'État islamique (EI): le film des attentats dans la capitale vendredi soir et de leurs premières suites.

VENDREDI SOIR:

   - 21H20: première explosion à la porte D du Stade de France, au nord de Paris, pendant un match amical France-Allemagne avec 80.000 spectateurs. Deux morts (un passant et un kamikaze qui a actionné son gilet d'explosifs).

   - 21H25: à l'angle des rues Bichat et Alibert, dans le nord-est de Paris, des assaillants arrivés dans une voiture noire de type Seat et armés de fusils d'assaut tuent 15 personnes sur les terrasses du bar Le Carillon et du restaurant Le Petit Cambodge. Dix blessés sont en urgence absolue. Une centaine de douilles ont été retrouvées.

   - 21H30: deuxième explosion à la porte H du Stade de France, le corps d'un deuxième kamikaze portant le même type de gilet explosif est retrouvé.

   - 21H32: au coin des rues de la Fontaine au Roi et du Faubourg du Temple, toujours dans le nord-est de Paris, des hommes à bord d'une voiture noire de type Seat tuent 5 personnes devant le bar A la Bonne Bière. Huit blessés sont en urgence absolue.

   - 21H36: en terrasse du bar La Belle équipe rue de Charonne, dans la même zone, des hommes arrivés dans une Seat noire tuent 19 personnes. Neuf blessés sont en urgence absolue.

   - vers 21H40: au bar Le Comptoir Voltaire, boulevard Voltaire, un kamikaze porteur du même type de gilet que les précédents se donne la mort, faisant un blessé grave.

   - 21H40: trois individus porteurs d'armes de guerre sortis d'une Polo noire font irruption dans la salle de concert Le Bataclan, toujours boulevard Voltaire. Ils retiennent les spectateurs en otages, les regroupant devant la fosse.

   - 21H53: troisième explosion à 400 mètres du Stade de France, le corps d'un kamikaze est découvert.

   - 22H30: François Hollande, évacué du Stade de France durant le match, se rend au ministère de l'Intérieur.

   - La préfecture annonce au moins 18 morts.

   - Le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête.

   - Londres et Madrid font part de leur solidarité.

   - 23H43: nouveau décompte d'au moins 35 morts.

   - 23H50: les attaques de Paris frappent «toute l'humanité et nos valeurs universelles», déclare Barack Obama.

SAMEDI:

   - 00H01: François Hollande annonce l'instauration de l'état d'urgence décrété immédiatement en Conseil des ministres exceptionnel.

   - vers 00H20: les forces de l'ordre donnent l'assaut au Bataclan. Les trois hommes armés, qui ont évoqué la Syrie et l'Irak, sont tués, l'un par les forces de l'ordre et l'explosion de son gilet, les deux autres par l'explosion de leurs gilets, identiques à ceux des autres kamikazes.89 morts parmi les spectateurs, de très nombreux blessés.

   - Juste après l'assaut, François Hollande se rend au Bataclan avec notamment le premier ministre Manuel Valls. «Nous allons mener le combat, il sera impitoyable», déclare-t-il.

   - La chancelière allemande Angela Merkel «profondément choquée». Moscou condamne les attaques. Le président iranien Hassan Rohani reporte son voyage en Italie et en France qui devait commencer ce samedi.

   - Les principaux partis français suspendent leur campagne pour les élections régionales.

   - Le Conseil français du culte musulman (CFCM) condamne des «attaques odieuses et abjectes».

   - Il y aura «rétablissement des contrôles» aux frontières, pas de fermeture, précise l'Élysée.

   - Nouveau bilan: au moins 120 morts.

   - 09H00: Conseil de défense à l'Élysée.

   - Laurent Fabius (Affaires étrangères) va remplacer le président au G20 à Antalya en Turquie.

   - Les compétitions sportives sont suspendues en région parisienne et des sites touristiques fermés.

   - Réunions de sécurité à Londres et Rome. Contrôles renforcés dans plusieurs capitales européennes.

   - Au Caire, le grand imam de la mosquée Al-Azhar appelle «le monde entier à s'unir» face au «monstre» du terrorisme.

   - Paris baisse le rideau: Fermeture de tous les équipements de la Ville de Paris (écoles, musées, bibliothèques, gymnases, piscines, marchés alimentaires), de cinémas, de la tour Eiffel, annulation de concerts

   - 10H50: François Hollande à l'Élysée qualifie les attentats d'«acte de guerre» et désigne comme responsable «l'armée terroriste» de l'organisation État islamique, «Daech». Appelant les Français à «l'unité» et au «sang-froid», il annonce un «deuil national pour trois jours». Il s'exprimera devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles lundi.

   - Le groupe État islamique revendique les attentats.

   - Les manifestations sur la voie publique sont interdites dans toute l'Ile-de-France jusqu'à lundi (jeudi à Paris).

   - Le président syrien Bachar al-Assad affirme que la politique française au Moyen-Orient a contribué à «l'expansion du terrorisme».

   - Retour à la normale dans les transports parisiens, trafic normal dans les gares et aéroports.

   - Paris annonce que la Conférence climat -Cop21- «se tiendra» avec une sécurité renforcée à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Obama confirme sa participation.

   - 3000 militaires supplémentaires déployés d'ici mardi selon l'Élysée pour retrouver l'effectif atteint lors des attentats de janvier à Paris (10.000 hommes).

   - Plusieurs arrestations à Bruxelles lors d'une vaste opération de police. À Paris des témoignages évoquent une voiture immatriculée en Belgique.

   - Un passeport syrien retrouvé près d'un des assaillants appartient à un migrant enregistré en Grèce, selon un ministre grec. Le kamikaze n'est pas connu des services français.

   - Un kamikaze français identifié: il s'agit d'un délinquant de droit commun qui a fait l'objet d'une fiche S en 2010 pour radicalisation.

Dans la même catégorie