/news/world

Le preneur d'otage était un petit délinquant radicalisé

Agence France-Presse

Un doigt sectionné a suffi à l'identifier: le preneur d'otage français qui a fait exploser vendredi soir sa ceinture d'explosifs après avoir tiré sur le public d'un concert au Bataclan était un petit délinquant de droit commun, originaire de l'Essonne, en banlieue parisienne, fiché pour radicalisation depuis 2010.

Selon des sources policières, il se nomme Omar Ismaïl Mostefaï.

Âgé de 29 ans --il est né le 21 novembre 1985-- il a été formellement identifié par le «relevé de ses empreintes papillaires», à partir d'un doigt retrouvé dans les décombres de la salle de spectacle parisienne, a affirmé samedi soir le procureur de Paris François Molins.

Né à Courcouronnes, dans l'Essonne, il n'est connu que pour des petits délits: son casier judiciaire fait mention de huit condamnations entre 2004 et 2010, sans aucune incarcération.

Il «a fait l'objet en 2010 d'une fiche S pour radicalisation», mais «n'a par contre jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d'association de malfaiteurs terroriste», a souligné le procureur.

Selon une source proche de l'enquête, Omar Ismaïl Mostefaï fréquentait assidument la mosquée de Lucé, près de Chartres (centre).

Les enquêteurs tentent par ailleurs de confirmer que le kamikaze a bien séjourné en Syrie en 2014, ont affirmé des sources policières.

Son père et son frère ont été placés en garde à vue samedi soir et leurs domiciles, à Romilly-sur-Seine (Aube, nord-est) pour le premier et à Bondoufle (Essonne) pour le second, ont été perquisitionnés.

Le frère, âgé de 34 ans, s'est présenté de lui-même à l'hôtel de police de Créteil dans la soirée. Il est tombé des nues en apprenant que son cadet était impliqué dans les attentats, notamment dans la prise d'otage du Bataclan, où il a causé la mort, avec au moins deux autres kamikazes, d'au moins 89 personnes.

«C'est un truc de fou, c'est du délire...», avait-il réagi samedi avant sa garde à vue auprès de l'AFP, la voix tremblante. «Moi, hier, j'y étais sur Paris et j'ai vu comment c'était la merde!»

Il confirme que son frère est né à Courcouronnes et qu'il «a eu des affaires avec la justice» dans le passé, «des gardes à vue, des trucs comme ça...»

Bien qu'il ait coupé les ponts avec lui depuis plusieurs années, à cause d'«histoires de famille», il ne l'imaginait pas s'être radicalisé.

«Il est parti au bled», en Algérie, avec sa famille et «sa petite fille», affirme-t-il. «Ça fait un moment que je n'ai plus de nouvelles.»

Ce père de famille aux yeux clairs, qui vit dans un modeste pavillon, ne voit pas non plus ses deux autres frères. Il ajoute que deux soeurs complètent la fratrie.

«J'ai appelé ma mère, elle a l'air de ne rien savoir», a-t-il assuré samedi.

Dans la même catégorie